DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Boris Johnson, frappé par le coronavirus, est en soins intensifs

euronews_icons_loading
Boris Johnson, frappé par le coronavirus, est en soins intensifs
Tous droits réservés  Matt Dunham/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La nouvelle a pris tout le monde par surprise au Royaume-Uni. Boris Johnson a été admis hier soir en soins intensifs à l'hôpital **St Thomas **de Londres où il se trouvait depuis 24h.

Son transfert, lors duquel il était conscient, selon une source gouvernementale, a été décidé "par précaution au cas où il aurait besoin d'un respirateur".

Ce mardi matin, le ministre d'Etat Michael Gove a indiqué lors d'une déclaration sur la radio LBC que "le Premier ministre a reçu un soutien en oxygène et il reste sous étroite surveillance", mais il a ajouté que Boris Johnson n'avait "pas été placé sous respirateur".

Les messages de Boris Johnson et des membres de son gouvernement se voulaient jusqu'alors rassurants... Voici ce que disait Dominic Raab, ministre britannique des Affaires étrangères, hier matin : "Je peux vous dire que le Premier Ministre a passé une nuit tranquille à l'hôpital et qu'il est dans un bon état d'esprit. Il est toujours en observation, il est régulièrement informé de la situation et il continue de diriger le gouvernement."

C'est donc cet homme, Dominic Raab, qui est le premier en ligne pour remplacer le chef du gouvernement.

De nombreuses réactions de soutien ont été entendues de la part de dirigeants européens et internationaux, à commencer par Donald Trump, "grand ami' de Boris Johnson : "Les Américains prient tous pour ton rétablissement, c'est un très bon ami, il est vraiment quelque chose de spécial, fort, déterminé, il n'arrête pas, il n'abandonne pas".

Le Président français Emmanuel Macron ou la Présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen ont aussi fait part de leurs pensées à Boris Johnson et sa famille.

Diagnostiqué positif au Covid-19 le 27 mars, le chef de gouvernement conservateur, 55 ans, avait refusé de s'arrêter de travailler. Bravant la maladie, il avait déclaré "J'ai serré la main de tout le monde", y compris de malades, après une visite dans un hôpital.