DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Macédoine du Nord, des mesures strictes pour tenter de limiter la propagation

euronews_icons_loading
En Macédoine du Nord, des mesures strictes pour tenter de limiter la propagation
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Des chiens errants, des voitures de police et quelques personnes ayant obtenu l'autorisation de se déplacer... Les rues de Skopje sont restées désertes durant le week-end de Pâques. Dans la capitale comme dans le reste de la Macédoine du Nord, un couvre-feu de 52 heures avait été décrété. La réponse à la propagation du Covid-19. Dans ce petit pays de deux millions d'habitants, plus de 800 personnes ont été testées positives et 34 sont décédées. Pour le ministre de la Santé, lui-même médecin, ce confinement très strict s'imposait.

« Je pense - et nous l'avons vu à travers les expériences d'autres pays - que de telles mesures contribuent à faire baisser considérablement le nombre des nouvelles infections, assure Venko Filipce. Actuellement déjà, leur nombre n'augmente que très sensiblement, et nous espérons que ce chiffre va baisser avec le temps. »

Donnée préoccupante : une mortalité d'environ 5 %. Le responsable de l'agence nationale de coordination insiste sur la virulence du virus :

« C'est un virus spécifique qui fait des ravages dans le corps humain, explique Zarko Karadjovski. Il attaque non seulement les poumons mais aussi de nombreux autres systèmes comme le système cardiovasculaire, les reins, le foie, c'est une maladie multi-systémique. »

Sa position géographique fait que la Macédoine du Nord connaît actuellement des températures excédant les 20 degrés. Le corps médical espère que cela contribuera à affaiblir le virus. Mais le ministre de la Santé l'admet : aucune certitude.

« Nous sommes face à un virus qui reste encore très mal connu. Beaucoup de recherches sont en cours, rappelle Venko Filipce_. Nous supposons qu'un temps plus doux peut aider à le faire décliner, mais ce n'est pas garanti. »_

Les épidémiologistes macédoniens estiment que le pic sera atteint à la fin du mois et tablent sur 2000 cas d'infection. La Macédoine du Nord n'a la capacité d'en hospitaliser que 1000. Or 75 % des lits sont déjà occupés. C'est la raison pour laquelle les autorités ont durci les règles de distanciation sociale, en espérant limiter la contagion.