DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : le "confession-drive" pour se libérer de ses péchés sans sortir de sa voiture

euronews_icons_loading
Coronavirus : le "confession-drive" pour se libérer de ses péchés sans sortir de sa voiture
Tous droits réservés  France Télévisions
Taille du texte Aa Aa

Alors que les messes restent interdites, ces prêtres ont trouvé la solution pour permettre aux fidèles de se confesser pendant le confinement : un drive-confession, sur le modèle du drive des fast-food.

Moteur, ça roule... Confession. A Limoges, en France, confinement ne veut pas dire arrêt de tout sacrement. Alors que les messes en présence de fidèles dans les églises restent pour l'heure interdites, ces prêtres ont trouvé la solution pour permettre aux croyants de continuer à se confesser : un drive, à l'image de celui des fast-food. Sauf qu'ici, l'idée n'est pas de repartir avec de quoi manger, mais de se confesser en 15 minutes, pour repartir plus léger.

"Nous avons été très amusés au début du confinement de voir que nos confrères de Pologne et des États-Unis avaient lancé cela sur leur parking", raconte le père David de Lestapis_. "Cela a fait son chemin pendant trois semaines. Et puis le dimanche de la miséricorde, le dimanche qui suit Pâques, où nous méditons beaucoup sur l'amour et sur le pardon de Dieu, on sait dit : est-ce qu'on ne pourrait pas faire la même chose. Nous avons ce petit parking qui est à nous... Proposons-le et on verra, on ne risque pas grand chose."

"L'Eglise sait s'adapter"

Ce "drive-confession" se déroule pendant deux heures tous les samedis. Une idée qui semble séduire ces fidèles. "Ce n'est pas du tout choquant, et au contraire, je trouve qu'il y a une grande liberté. On parle peut-être encore plus facilement parce qu'il y a encore cette distance ; les deux mètres qui nous séparent", explique cette fidèle en voiture.

"Cela fait du bien de pouvoir évacuer ce qu'on a sur le cœur tout en respectant les consignes du confinement et contre le Covid-19", explique ce jeune. "L'Eglise sait s'adapter à la situation pour permettre aux fidèles d'avoir accès à ce sacrement et ça c'est génial", analyse cet autre fidèle.

Un concept original qui pourrait ainsi donner aux fidèles de quoi patienter, en attendant le retour des messes au sein des églises. Ce ne serait pas avant le 2 juin, a annoncé mardi le Premier ministre français Edouard Philippe, lors de la présentation du plan déconfinement à l'Assemblée nationale.