DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Rome, la reprise s'annonce difficile pour les restaurateurs

euronews_icons_loading
A Rome, la reprise s'annonce difficile pour les restaurateurs
Tous droits réservés  Alessandra Tarantino/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La deuxième phase de la levée du confinement a débuté cette semaine en Italie.

Plusieurs millions de personnes ont déjà repris le travail, mais rien ne ressemble vraiment à la vie d'avant. A Rome, les rues sont vidées des touristes et les clients ne sont pas au rendez-vous. Résultat, la majorité des cafés et restaurants n'ont pas rouvert comme prévu, tandis que les autres s'adaptent.

"Il n'y a que mon mari, mon fils et moi-même qui travaillions ici", explique une restauratrice, "mais on ne fait que 10 % du chiffre d'affaires habituel, ça ne couvre même pas les charges. Je fais tout pour sauver mon restaurant. On le tient depuis 35 ans. Mais les trois prochains mois seront terribles, car il n'y a plus de touristes et très peu de clients".

Le rituel du café a enfin pu reprendre ses droits depuis lundi, mais pas encore au comptoir.

"Depuis qu'on a rouvert, on travaille sans relâche", explique la gérante d'un café, "notre percolateur est constamment allumé. Pour moi, c'est un signe tangible. Cela veut dire que les clients avaient terriblement besoin de ressentir cette impression de normalité, qu'un petit café contribue à créer".

Les parcs ont rouvert eux aussi pour permettre aux familles de sortir avec leurs enfants, mais les mesures sanitaires restent strictes.

Les stations de métro sont quasi désertes dans la capitale italienne. Et partout, des panneaux rappellent les règles auxquelles il faut se tenir. Dans les rames, seuls les sièges non marqués peuvent être utilisés.

Désormais, les transports en commun ne fonctionnent qu'à 50 % de leurs capacités, mais en juin, avec la reprise généralisée de l'activité, la situation risque d'être plus compliquée. Les rues qui aujourd'hui semblent vides pourraient bien se remplir à nouveau d'ici quelques semaines.

"Les transports en commun constituent le défi le plus important", explique Giorgia Orlandi, correspondante d'Euronews à Rome, "car il faut veiller à ce que les gens respectent les mesures de distanciation sociale dans les bus et dans le métro. Dans deux semaines, le gouvernement devra estimer si la deuxième phase du déconfinement a eu les résultats escomptés. Pour certains, il en v a de la responsabilité même du Premier ministre Giuseppe Conte.