EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Confinement : l'effet loupe sur les inégalités

Confinement : l'effet loupe sur les inégalités
Tous droits réservés Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans les banlieues, comme en Seine-Saint-Denis, le confinement fait peser une double peine sur les foyers les plus modestes.

PUBLICITÉ

En France, la crise sanitaire frappe plus durement les quartiers défavorisés. En Seine-Saint Denis, l'aide alimentaire est encore plus indispensable que d'habitude. Près d'un millier de personnes sont attendues lors d'une distribution.

La Seine-Saint-Denis compte parmi les départements les plus pauvres du pays.

Le taux de chômage y atteint des records, et la pandémie de Covid-19 laisse sur le bas-côté ceux qui vivent d'habitude de petits boulots ou de contrats courts. Les inégalités ancrées depuis des années sont exacerbées, alors que le plus dur reste à venir.

Les cantines faisaient aussi office d'amortisseur social pour les familles qui vivent sous le seuil de pauvreté. Mais là aussi, la fermeture brutale des établissements scolaires a accru les difficultés pour les foyers les plus démunis.

"Le Covid-19, appelé au départ "le grand égalisateur" social ne touche évidemment pas tout le monde de la même manière", souligne Anelise Borges, correspondante d'Euronews. "Pour des millions de personnes qui vivent dans les banlieues françaises, cette crise a encore aggravé un quotidien difficile".

Pour ceux qui n'ont pas perdu leur emploi, la question sanitaire est centrale. En Seine-Saint-Denis, le nombre de médecins par habitant est bien inférieur à la moyenne nationale, et la mortalité a bondi ici de plus de 60 % au mois de mars.

"Les personnes qui travaillent dans le secteur du nettoyage, des transports, de la logistique, ou encore dans les supermarchés, ont une activité essentielle", estime Fabien Truong, sociologue. "Et on peut y voir une sorte de paradoxe, parce qu'on comprend qu'ils sont indispensables mais qu' ils vivent dans des conditions très précaires".

Une fracture sociale également aggravée par des logements exigus, et par les difficultés d'accès au numérique.

Et malgré les difficiles conditions de confinement dans les banlieues, des collectifs d'habitants ont aussi mis en place des initiatives pour faire preuve de solidarité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au carnaval de Rio, l'hommage à la culture yanomamie

La ville de Port-Soudan confrontée à une épidémie de choléra

[No Comment] En Chine, l'hôpital de Shanghai surchargé par les cas de Covid-19