DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les États-Unis accusent la Chine d'espionner ses chercheurs

euronews_icons_loading
Coronavirus : les États-Unis accusent la Chine d'espionner ses chercheurs
Tous droits réservés  Evan Agostini/Invision
Taille du texte Aa Aa

Alors que les États-Unis accusent la Chine d'espionner ses chercheurs, les critiques contre la gestion de la crise du coronavirus par l'administration américaine se multiplient sur le plan intérieur.

La crise du coronavirus est loin d'apaiser les tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Le FBI et l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures ont accusé mercredi Pékin de tenter d'espionner ses chercheurs qui travaillent sur la recherche d'un vaccin contre le coronavirus, sur des traitements ou de nouveaux tests de dépistage. Une campagne de "calomnies", répond la Chine.

Depuis des semaines, Donald Trump accuse Pékin d'avoir dissimulé l'ampleur de la pandémie. Mais aux États-Unis, le président américain est lui aussi accusé d'avoir sous-estimé la crise.

Des désaccords apparaissent entre Donald Trump et son principal conseiller santé, le Dr Anthony Fauci. Le spécialiste des maladies infectieuses avait mis en garde mardi, devant des sénateurs, contre une réouverture trop précipitée du pays. Un point, en particulier, semble accroître leurs désaccords.

"J'ai été surpris par sa réponse, en fait, parce que, pour moi, ce n'est pas une réponse acceptable, surtout en ce qui concerne les écoles", explique Donald Trump.

Selon Rick Bright, un ancien haut-responsable sanitaire récemment écarté de l'administration américaine par le président qui doit témoigner à la Chambre des représentants ce jeudi, les Etats-Unis n'étaient pas assez "préparés" pour faire face au virus.

Faute de réponse coordonnée, il y aura une "recrudescence des cas à l'automne" et "2020 sera l'hiver le plus sombre de l'histoire moderne", a également prédit Rick Bright.

Les États-Unis ont encore enregistré mercredi plus de 1 800 morts en 24 heures, un chiffre stable par rapport à la veille. Ce qui porte le nombre total de décès dans le pays à plus de 84 000.

Mais les États américains continuent à lever les mesures de confinement en ordre dispersé. Si une partie de la Virginie et du Maryland rouvriront graduellement dès vendredi, à Washington le confinement a été prolongé jusqu'à début juin.

La maire de la capitale fédérale juge utile d'attendre une baisse des cas de contaminations sur deux semaines d'affilée pour envisager une réouverture, suivant ainsi les préconisations du gouvernement américain.