DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Donald Trump sous hydroxychloroquine

euronews_icons_loading
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 18 mai 2020
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 18 mai 2020   -   Tous droits réservés  Evan Vucci, AP
Taille du texte Aa Aa

Alors que les États-Unis déplorent désormais plus de 90 000 décès liés au coronavirus, le Président américain a fait une de ces annonces dont il a le secret. Pour se protéger contre le virus, Donald Trump prend de l'hydroxychloroquine, un traitement dont l'efficacité contre le Covid-19 reste à prouver.

C'est un médicament qui est utilisé depuis longtemps, depuis 30, 40 ans pour le paludisme, le lupus et même pour l'arthrite, d'après ce que j'ai compris. Donc il a été sérieusement testé... Je m'attendais à vous voir écarquiller les yeux en annonçant ça. Mais vous savez, je le prends depuis une semaine et demie environ et je suis toujours là.
Donald Trump
Président des États-Unis

Autre annonce ou plutôt menace du tonitruent président : le financement américain de l'OMS, suspendu depuis la mi-avril, pourrait être indéfiniment gelé. Il le dit dans une lettre adressée au patron de l'agence onusienne, dans laquelle il exige des améliorations dans les 30 jours. Donald Trump reproche notamment à l'Organisation mondiale de la santé d'avoir été trop indulgente envers la Chine et d'avoir réagi trop tardivement.

Redémarrage des usines dans l'automobile

L'industrie américaine commence quant à elle à se remettre en route. C'est le cas dans le secteur de l'automobile. Plus de 130 000 travailleurs ont repris le chemin des usines, notamment à Détroit, siège de Fiat Chrysler, General Motors et Ford.

« Je m'attends à ce que tout soit désinfecté et à ce que les protocoles de sécurité soient suivis, explique Laruente Gary, un opérateur de production ayant le travail ce mardi. Et je m'attends à ce qu'on nous informe des prochaines étapes en ce qui nous concerne. »

Aux États-Unis, le chômage a atteint près de 15 % de la population active fin avril, du jamais vu depuis la Grande Dépression. Et beaucoup ont hâte de retourner au travail, avec ou sans vaccin contre le Covid-19.