PUBLICITÉ

Italie : une épidémie de coronavirus largement sous-évaluée

Une soignante porte un équipement de protection à l'unité de soins intensifs Tor vergata à Rome, le 12 mai
Une soignante porte un équipement de protection à l'unité de soins intensifs Tor vergata à Rome, le 12 mai Tous droits réservés Tiziana Fabi, AFP
Tous droits réservés Tiziana Fabi, AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'INPS italien affirme que le Covid-19 a fait 20 000 morts de plus que ce que les chiffres officiels ont dit.

PUBLICITÉ

En Italie, le nombre de morts de l'épidémie de Covid 19 ne reflète pas la réalité et aurait été complètement sous-estimé.

C'est ce que montre le rapport de l'INPS (Institut National de la Sécurité Sociale) qui compare la mortalité de chaque trimestre en Italie par rapport à celle de l'année précédente. Selon l'INPS, au cours des mois de janvier et février, c'est d'abord une baisse de la mortalité qui est enregistrée, avec 10 148 décès en moins.

Puis, en mars et avril, la "bombe Covid'' explose : 27 938 décès sont enregistrés, selon la Protection civile italienne. Pourtant l'INPS affirme aujourd'hui qu'il y a eu en fait près de 47 000 décès de plus que l'année précédente, soit une différence de presque 20 000 morts avec les chiffres de la Protection Civile...

La façon dont les décès, directement ou indirectement liés au Covid-19, sont classés, a joué sur ces statistiques, et des milliers de décès n'ont pas été comptabilisés car le patient n'avait pas été dépisté au coronavirus. Les tests, de fait, n'ont été pratiqués qu'en hôpitaux, et que très rarement à domicile ou en maison de retraite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Covid-19 : rebond épidémique, l'OMS appelle à la vigilance

L'OMS lève l'alerte maximale sur la pandémie de Covid-19

Origine du Covid : l'OMS assure que Pékin dispose de plus de données, la Chine dément