DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Comment détourner 516 000 euros d'aide sociale en Italie ? L'énorme escroquerie de 101 mafieux

Archives : vidéo réalisée par le corps d'armée des Carabinieri le 18 novembre 2014, montrant une réunion de chefs de la mafia calabraise
Archives : vidéo réalisée par le corps d'armée des Carabinieri le 18 novembre 2014, montrant une réunion de chefs de la mafia calabraise   -   Tous droits réservés  Carabinieri Press Office / AFP
Taille du texte Aa Aa

Ce n'est pas un seul homme, ce sont exactement 101 membres de la mafia, en majorité bien placés dans la "nébuleuse obscure", qui viennent d'être pris la main dans le sac par la police en Italie. Ils ont juré fidélité à la Ndrangheta, l'organisation criminelle de la Calabre - la région située en quelque sorte au bout du pied dans la botte italienne -, qui habituellement tire son argent du trafic de cocaïne, dont elle est devenue une experte. Mais pour tout bon mafieux qui se respecte, il n'y a jamais de petit profit.

Ainsi, nos 101 "artistes" de l'escroquerie à grande échelle se sont tous fait passer pour des personnes défavorisées, (faux) papiers à l'appui et dossiers minutieusement remplis. Et comme environ 5 millions d'Italiens qui vivent sous le seuil de pauvreté, ils ont fait leur demande du "revenu de citoyenneté", comme on l'appelle dans le pays : c'est une aide sociale d'un montant de 780 euros par mois et par personne, que le parti populiste M5S, le Mouvement 5 Etoiles, a créée et mise en place lors de son passage au gouvernement italien.

516 000 euros à se partager entre "pauvres" mafieux

Et bingo ! Les hommes-clés de la Ndrangheta ont obtenu l'aide et l'ont perçue pendant des mois et des mois. Le comble pour des caïds affichant volontiers leur luxueux mode de vie, propriétés, villas, bars-restaurants, boîtes de nuit, voitures...

L'air de rien, la somme globale que les mafieux avaient pu se mettre dans la poche se monte à près de 516 000 euros, a révélé la police calabraise.

Comme si cela ne paraissait pas une évidence, les policiers ont tenu à indiquer que les escrocs allaient devoir tout rembourser. Heureusement, la découverte de la combine a permis également de stopper les versements qui étaient effectués régulièrement; cela va éviter à l'Etat italien un trou supplémentaire dans ses caisses, estimé à plus de 470 000 euros.

Le numéro 1 des 101, un fils à papa

Quelques-uns de ces super arnaqueurs sont aussi riches que célèbres dans leur domaine. Celui qui prend du galon est Alessandro Pannunzi, le fils de Roberto, lui-même surnommé "le Pablo Escobar italien". Et ce n'est pas qu'un surnom : ce dernier est considéré par le pôle anti-mafia de la péninsule, ainsi que par l'agence anti-drogue des Etats-Unis, la DEA - Drug Enforcement Administration -, comme l'un des plus gros trafiquants mondiaux de cocaïne.

La police de Calabre souligne :

Il se vantait de ne pas compter l'argent mais de le peser

Comment profiter de l'après coronavirus ?

Les concurrentes directes de la Ndrangheta, la mafia de Sicile, Cosa Nostra, et la mafia de Naples, la Camorra, n'ont qu'à bien se tenir. Grâce à une mainmise de plus en plus forte sur la poudre blanche, la "pieuvre" calabraise allonge désormais ses tentacules jusque dans le nord de l'Italie et domine le marché de la drogue en provenance de plusieurs pays d'Amérique latine. Selon les experts mondiaux, elle est devenue la seule mafia à assurer une présence sur tous les continents.

La Ndrangheta a surtout la capacité de s'adapter à tous les terrains et à toutes les situations, on vient de le voir. Les autorités italiennes ne se font pas d'illusions, elles savent que ses réseaux feront tout pour profiter de la situation post-coronavirus en détournant par exemple des aides publiques ou même européennes.