DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le tourisme belge prépare sa mutation estivale

euronews_icons_loading
Grande-Place vidée de ses touristes
Grande-Place vidée de ses touristes   -   Tous droits réservés  Olivier Matthys/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

A Bruxelles, les principales attractions touristiques de la ville restent désespérément vides. De la Grand-Place au Mannekenn-Pis, malgré le soleil printanier, l'effervescence à laquelle est habituée la capitale européenne a disparu.

La crise du coronavirus a bouleversé la donne du tourisme. Les étrangers ne pourront pas revenir avant le mois de juillet, dans le meilleur des cas, tandis que les Belges vont devoir modifier leurs plans habituels et surtout abandonner l'idée de pouvoir quitter le pays.

L'occasion pour beaucoup d'entre eux d'apprendre à redécouvrir leur patrimoine. Selon l'institut de sondage StatBel, les Belges effectuent 80% de leurs déplacements estivaux hors du plat pays.

Thierry Meeùs, le patron de Mini Europe, le parc de miniatures qui permet de visiter les plus beaux monuments européens sur le plateau de Heysel, espère que "l'Union Européenne trouvera un moyen de rassurer les Européens et de les pousser à visiter l'Europe cet été. Cette année sera difficile mais cette crise nous donne aussi l'opportunité de redécouvrir ce qu'est l'Europe, nos magnifiques paysages mais aussi nos valeurs."

La Belgique est actuellement en cours de négociations avec ses voisins pour mettre au point les vacances de leurs citoyens et éviter une cacophonie européenne qui mettrait en péril la survie de nombreux secteurs à travers l'Union.