DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Belgique, un Aïd el-Fitr un peu différent pour cause de confinement

euronews_icons_loading
Une jeune musulmane népalaise offre les prières de l'Aïd al-Fitr dans une mosquée de Bhaktapur, au Népal, le lundi 25 mai 2020
Une jeune musulmane népalaise offre les prières de l'Aïd al-Fitr dans une mosquée de Bhaktapur, au Népal, le lundi 25 mai 2020   -   Tous droits réservés  Niranjan Shrestha/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Cette année, la communauté musulmane de Belgique a célébré l'Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de ramadan, de manière un peu différente en raison des mesures de confinement.

D'origine marocaine, cette habitante de Molenbeek a partagé ce moment de fête en cercle restreint. "J'ai une grande famille, on va dire, j'ai quand même cinq enfants. Ça nous permet de pouvoir sentir qu'il y a quand même une fête quelque part, même si ce confinement est très dur et que les gens ne peuvent pas se voir. Nous avons réussi à communiquer via Facetime. Ici, avec ma famille, nous avons ressenti au moins la joie de la fête malgré le vide causé par le confinement. On a pu ressentir qu'on est en famille" atteste-t-elle.

La pandémie de coronavirus a bouleversé les rituels religieux qui doivent se faire "sans rassemblement". Certains rites ont donc dû être modifiés.

D'autres fidèles témoignent des changements qu'ils ont effectué.

Aujourd'hui, avec le confinement, je vais aller me rendre visite à ma famille. Cette année, on célèbre la fête en groupe très restreint. Ce n'est pas comme d'habitude ; avec une quinzaine ou une vingtaine de personnes. On espère revoir toute la famille bien vite, mais on respecte les mesures de sécurité, c'est pour notre bien.
J'appelle toute la famille ainsi que les amis sur Skype, parce que je trouve que c'est important en ce jour de communiquer avec la famille et les amis. Voilà, c'est un moyen comme un autre pour garder le contact avec les proches, mais ça ne va remplacer, en aucun cas, le face-à-face.

Malgré le déconfinement progressif entamé au pays, l'Exécutif des Musulmans de Belgique avait ordonné aux fidèles de continuer à accomplir les prières à la maison uniquement et avec les personnes qui partagent le même toit.