DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Dans le sud de l'Espagne, seuls les thons remercient le Covid-19

euronews_icons_loading
Dans le sud de l'Espagne, seuls les thons remercient le Covid-19
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

C'est chaque année la même chose, en cette fin de printemps : le thon rouge de l’Atlantique effectue sa migration, entrant dans la mer Méditerranée par le détroit de Gibraltar. Les pêcheurs espagnols sont là, à Cadix dans le sud du pays, pour l'Almadraba, une technique de pêche vieille de 3 000 ans, qui consiste à jeter ses filets dans l'espoir d'intercepter les bancs.

Cette année, Rafael Marques, le pêcheur, explique qu'il y a une difficulté supplémentaire : il faut porter des masques, et maintenir 2 mètres de distance, autant dire que sur un bateau, ça n'est pas simple. Andres Jordan, le patron de la compagnie, se désole lui du confinement, les restaurants, ses principaux clients, ont disparu.

C'est au Japon que les Espagnols vendent 50% du thon pêché ici : au marché de Barbate, les clients japonais amateurs de sushis ont disparu, de même que les clients connaisseurs venus de Madrid, de Galice ou de Catalogne.

"La vente a beaucoup diminué cette année, conclut Cristian Guerra le poissonnier. Au moins de 50 %, car même si que les habitants de Barbate consomment beaucoup de thon, les clients de l'extérieur prennent les plus gros morceaux".

La seule solution pour les entreprises, congeler le thon à des températures ultra basses de moins 60 degrés Celsius pour le vendre plus tard. En attendant le retour des amateurs de poisson.