EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Meurtre d'un Géorgien à Berlin : la justice allemande voit l'ombre du Kremlin

Tornike Kavtarashvili a été assassiné l'été dernier à Berlin
Tornike Kavtarashvili a été assassiné l'été dernier à Berlin Tous droits réservés CHRISTOPH SOEDER/AFP
Tous droits réservés CHRISTOPH SOEDER/AFP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le meurtre d'un Géorgien l'été dernier à Berlin a été commandité par les autorités russes, selon la justice allemande. Le gouvernement d'Angela Merkel évoque une "affaire extrêmement grave".

PUBLICITÉ

Le Kremlin a-t-il commandité l'assassinat d'un ressortissant géorgien l'été dernier à Berlin ? 

Un suspect russe en détention

La justice allemande accuse les autorités russes d'être derrière la mort de Tornike Kavtarashvili, tué de trois balles dans un parc de la capitale. Le principal suspect, un ressortissant russe, entré en Allemagne sous une fausse identité, est depuis en détention.

L'ordre de tuer lui a été donné par les autorités russes, indique dans un communiqué le parquet, qui rappelle que la victime était un opposant au Kremlin, classé comme terroriste, et qu'il a combattu contre la Fédération de Russie en tant que chef d'une milice tchétchène lors de la deuxième de guerre de Tchétchénie.

Pour Berlin, une affaire "extraordinairement grave"

Le gouvernement allemand dit prendre très au sérieux ces "accusations" évoquant une affaire "extraordinairement grave" qui pourrait pousser Berlin à prendre de nouvelles sanctions contre la Russie.

Le Kremlin, de son côté, a toujours nié toute implication dans cette affaire, qui rappelle l'empoisonnement de l'espion russe Sergueï Skripal près de Londres.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne "ne se laissera pas intimider" par les menaces russes après la découverte d'un complot

Les fuites dans l'armée allemande seraient dues à une "erreur individuelle"

Un ministre allemand veut mettre Londres et Paris au coeur d'un parapluie nucléaire européen