EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des militants d'Extinction Rebellion montent sur les grilles du ministère de l'Intérieur à Paris

Des militants d'Extinction Rebellion montent sur les grilles du ministère de l'Intérieur à Paris
Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le mouvement écologiste dénonçait les violences policières et ce qu'ils considèrent comme un manque d'action de la part du gouvernement face au changement climatique.

PUBLICITÉ

En haut de la grille comme pour surplomber la foule, de crainte que le message ne passe pas. "Moins de LBD, plus de navets" : la banderole fait référence au lanceur de balles de défense, une arme controversée utilisée par les forces de l'ordre en France. 

Quelques dizaines de militants du mouvement écologiste Extinction Rébellion ont mené une action coup de poing ce mardi devant le ministère de l'Intérieur français à Paris. Deux militants sont montés sur les grilles à l'entrée du ministère. Certains ont déversé de la peinture rouge représentant sur  les pavés de la place Beauvau, comme du faux sang pour dénoncer les violences policières et ce qu'ils considèrent comme une "inaction" des pouvoirs publics face au changement climatique.

"Ce n'est pas à coup de lacrymo ou d'infirmières à genoux qu'il (l'État, ndlr) va nous protéger. Les violences policières doivent immédiatement cesser. La résilience alimentaire doit devenir la première préoccupation de la sécurité nationale. Notre société n'était pas préparée pour faire face à la crise sanitaire et rien n'est fait pour se préparer au chaos climatique et à l'extinction massive du monde vivant que pointent les rapports scientifiques", a déclaré Maya, militante d'Extinction Rebellion.

Une action de désobéissance civile qui s'est poursuivie. au sol. Quelques manifestants se sont assis avant d'être délogées par les forces de l'ordre. En tout, 15 personnes ont été interpellées, dont quatre pour dégradations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : des dizaines de milliers de personnes contre "les violences policières et le racisme"

Manifestations dans plusieurs villes de France contre les violences policières

Mort du jeune Nahel : des policiers accusés de violence et placés en garde à vue à Marseille