DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Leicester, ville confinée, les entreprises textiles ne jouent pas toutes le jeu

euronews_icons_loading
A Leicester, ville confinée, les entreprises textiles ne jouent pas toutes le jeu
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

A Leicester, plusieurs usines de textile ont poursuivi leur production tout au long de la pandémie et emploient principalement des ouvriers peu qualifiés et migrants, qui n'ont eu d'autre choix que de travailler.

Dans cette ville, on comprend les migrants, mais il y a de la colère envers les propriétaires d'usines et le gouvernement qui n'ont rien fait pour les fermer ou offrir une aide financière aux ouvriers travailleurs.

"Certains ne jouent pas le jeu"

A Leicester, les employés municipaux font la guerre au covid-19, la ville est confinée, les magasins non essentiels sont fermés et les résidents sont invités à rester chez eux. Leicester en Angleterre c'est la ville de production de textile. Mais quand la propagation du virus s'accélère, le gouvernement fait le lien avec les consignes dans certaines usines

Manoher Singh Sehmi a joué le jeu. Dans son entreprise, personne ne vient travailler.

"On est déçu. La majorité joue le jeu, mais malheureusement c'est la minorité qui nous laisse tomber..."

À Leicester, il y a environ 1500 entreprises textile qui emploient des milliers de personnes. Beaucoup sont basées ici - sur la route de St Saviours...

Nick Sakhizadah est ouvrier dans une usine textile. Pendant le confinement, il a continué à travailler, touchant beaucoup moins que le salaire minimum :

_ "Je me faisais payer cinq livres, pour moi c'était comme si je travaillais gratuitement, alors que je prends un gros risque. C'était la même chose qu'avant le coronavirus : pas de gants, pas de masques, pas de distanciation sociale. Rien du tout"._

"Ils nous donnent du travail"

Mais pour certains, il est injuste de pointer du doigt les propriétaires de l'entreprise.

"D'un autre côté, dit Rickky Sandhu, ancien employé d'une usine textile, on ne peut pas seulement blâmer les propriétaires des usines, parce que les usines emploient les gens. Ils doivent travailler".

"Et si ce n'était pas des étrangers ?"

Claudia Webbe est la députée de Leicester. Selon elle, il fallait réagir plus tôt :

_ "Le gouvernement aurait pu faire plus et je me demande simplement, s'il s'agissait d'une communauté différente, si l'aide aurait été fournie beaucoup plus tôt afin que les travailleurs ne soient pas exploités de cette manière."_

Le gouvernement a menacé de fermer les entreprises qui ne respectent pas ses lignes directrices, s'il le fallait.

La question est de savoir s'il aurait dû le faire plus tôt.