DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’Union européenne encore loin de la normalité à cause du coronavirus

euronews_icons_loading
L’Union européenne encore loin de la normalité à cause du coronavirus
Tous droits réservés  Matt Rourke/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L’Europe retrouve lentement un semblant de normalité. Les voyages au sein de l’UE sont possibles depuis quelques semaines. Les 27 ont aussi rouvert leurs frontières extérieures à un quinzaine de pays. Mais cette levée graduelle des restrictions laisse encore beaucoup l’incertitude.

De nombreux couples vivent toujours séparés à cause des interdictions de voyager. Ils se rassemblent sur les réseaux sociaux pour faire entendre leurs voix. La Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures apporte ainsi son soutien au mouvement #loveisnotourism.

Prévenir de nouvelles épidémies avec l’écologie

Le monde politique et scientifique étudie les mesures à prendre pour empêcher à l’avenir l’apparition de nouvelles épidémies. Un rapport de l’ONU fait le lien entre la destruction continue de l’environnement et la transmission de maladies de l’animal à l’homme. Euronews a interrogé la professeure Delia Grace, co-autrice de ce rapport.

Euronews :

"Vous dites que les gouvernements soignent les symptômes de la pandémie mais pas les causes qui la sous-tendent. Que faut-il faire ?"

Delia Grace :

"Par les causes sous-jacentes on entend comment les hommes interagissent avec les animaux, la nature sauvage et l’environnement. Nous le faisons de façon dysfonctionnelle ce qui tend à provoquer l’émergence de maladies. Il existe des moyens de le faire de façon plus sûre (…) par exemple maintenir des zones où les contacts sont les plus réduits possibles entre l’homme et les animaux sauvages, maintenir la biodiversité adéquate car quand vous avez beaucoup d’animaux différents dans un environnement ils ont tendance à diluer les éléments pathogènes. Mais si vous retirez beaucoup d’espèces vous augmentez les risques pathogènes. Il faut peut-être des systèmes d’élevage avec moins d’animaux et qui n’entrent pas en contact avec des animaux sauvages. Voilà des façons de réduire les risques."

Euronews :

"Qu’attendez-vous des responsables politiques pour éviter de nouvelles épidémies ?"

Delia Grace :

"Le message important de notre rapport concerne la santé. Et c’est là où la santé médicale, la santé animale et l’environnement doivent travailler ensemble afin de réduire les risques dans notre système alimentaire pour prévenir de nouvelles pandémies. Nous vivons une crise et donc nous devons répondre à cette crise. Il est important d’investir dans le contrôle des maladies, des vaccins et des mesures de diagnostiques. Mais ces pandémies se produisent de plus en plus depuis qu’on les mesure et à moins de changer notre façon d’interagir avec l’élevage et l’environnement, elles se produiront plus souvent."