DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : des dizaines de clusters en cours d’investigation en France

euronews_icons_loading
Une campagne de dépistage massif a été mise en place à Montargis après l'apparition dans cluster de  Covid-19 dans cette localité, le 7 juillet 2020.
Une campagne de dépistage massif a été mise en place à Montargis après l'apparition dans cluster de Covid-19 dans cette localité, le 7 juillet 2020.   -   Tous droits réservés  GUILLAUME SOUVANT/AFP
Taille du texte Aa Aa

La Covid-19 est toujours active dans l'Hexagone. 663 nouveaux cas de contamination au nouveau coronavirus ont été ainsi détectés ces dernières 24 heures. 34 nouveaux décès ont également été enregistrés en milieu hospitalier dans le même laps de temps, selon les dernières données communiquées par les autorités sanitaires du pays. Depuis des semaines, ces bilans quotidiens sont encourageants, sans commune mesure avec ceux communiqués au plus fort de la crise.

Mais, le virus SARS-CoV-2, responsable du Covid-19, continue toutefois de se propager, comme l'attestent les 68 clusters qui sont actuellement en cours d'investigation sur l'ensemble du territoire français.

Ces clusters, ou foyers épidémiques, sont définis par "la survenue d’au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de sept jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement de personnes, qu’ils se connaissent ou non", selon la définition de Santé publique France.

Les derniers clusters recensés en France

  • Plan de dépistage massif en Mayenne

Dernier exemple en date, les nouveaux cas de Covid-19 ont quadruplé en dix jours en Mayenne. Entre le 25 et le 6 juillet, les infections détectées sont en effet passées de 54 à 219 dans ce département du nord-ouest de la France. Pour faire face à cet accroissement anormal, un plan de dépistage massif a été lancé dans ce territoire où six clusters ont été identifiés ces dernières semaines. Toutes les habitants de plus de dix ans vont donc être testés, sur la base du volontariat. 300 000 personnes sont concernées.

DAMIEN MEYER/AFP
L'abattoir Holvia Porc situé à Laval, le 2 juillet 2020,où un cluster de Covid-19 a été détectéDAMIEN MEYER/AFP

Quatre foyers épidémiques ont été détectés dans le chef-lieu du département, Laval : un abattoir, un ehpad, une école et un centre d'hébergement et de réinsertion sociale. Les deux autres clusters sont localisés à Craon, dans un abattoir, et à Château-Gontier, dans un foyer de jeunes travailleurs.

  • 2 000 personnes testés à Montargis

Suite à la mise au jour d'un cluster dans l'agglomération de Montargis (65 000 habitants), dans le département du centre de la France du Loiret, plus de 2 000 personnes ont été testées entre samedi dernier et ce lundi. L'Agence régionale de santé (ARS) du Centre-Val de Loire a indiqué que sur les 1 000 premiers résultats suite à cette campagne de dépistage massif, deux, seulement, se sont révélés positifs. Ce cluster compte donc officiellement 50 cas confirmés ce mardi, après les 48 cas précédemment identifiés depuis le 21 juin.

GUILLAUME SOUVANT/AFP
Personnel de santé en train de réalisé des tests de dépistage du Covid-19 à Montargis, le 7 juilletGUILLAUME SOUVANT/AFP

Des centres de dépistage gratuit sont mis en place jusqu'au 10 juillet sur les communes de Montargis, Châlette-sur-Loing et Villemandeur. Les autorités sanitaires n'ont communiqué aucun élément sur l'origine de ce cluster. Le maire de Montargis, Benoit Digeon, a lui évoqué l'hypothèse d'une fête de famille.

  • Plus de 400 personnes en quatorzaine à Lyon après des cas dans une école

A Lyon, près de 450 élèves et personnels d'un groupe scolaire de la ville vont devoir respecter quatorze jours d'isolement. Cette mesure a été annoncée lundi 6 juillet par l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes après la confirmation de six cas de Covid-19 au sein du groupe scolaire Gilbert Dru, situé dans le 7e arrondissement de Lyon. "De ce fait, le protocole sanitaire prévoit un dépistage et des mesures d’isolement pour l’ensemble des effectifs personnels et élèves", a précisé l'ARS. Près de 450 personnes sont donc ainsi invitées à réaliser un dépistage virologique par test RT-PCR, dans un laboratoire de ville, à compter de ce lundi, sous réserve de l’accord des parents pour les enfants.

Toutes sont également incitées "à respecter les mesures d’isolement pendant 14 jours après le dernier contact, jusqu’au 13 juillet, même si les résultats des dépistages sont négatifs, des symptômes pouvant survenir jusqu’au 14e jour après l’exposition", ajoute l'Agence de santé de la région. D'autres cas de Covid-19 ont été recensés récemment dans l'agglomération lyonnaise, comme dans des écoles de Vénissieux, Villeurbanne et Saint-Fons.

  • Un probable nouveau cluster à Bordeaux

Les autorités sanitaires de l'agglomération de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, sont également en train de faire les vérifications d'usage après qu'une personne contaminée s'est signalée en indiquant avoir été en contact avec 23 personnes. Dans la région Nouvelle-Aquitaine, dont Bordeaux est la capitale, deux autres clusters ont été identifiés, un dans le département des Landes, l'autre en Corrèze, selon un communiqué du 3 juillet de l'agence de Santé de la région.

Le point sur la situation

Entre le 9 mai et le 1er juillet, 304 clusters (hors établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes et milieu familial restreint) ont été identifiés dans toute la France, 284 en métropole et 20 dans les départements et régions d’outre-mer. Au 1er juillet, 91 cas groupés faisaient encore l'objet d'investigations, comme le montre la carte ci-dessous.

Sur ces plus de 300 clusters détectés depuis mai dernier, 25% l'ont été dans des établissements de santé, 17% dans des entreprises (privées et publiques, hors santé), 14% dans des établissements d’hébergement social et d’insertion et 5% dans des communautés vulnérables.

Toujours selon Santé public France, le nombre moyen de cas détecté par cluster est de 15,6 cas. 69% de ces clusters comporte plus de cinq cas. Au total, les clusters identifiés ont été à l’origine de 4 742 cas.

Le SARS-CoV-2 est responsable de 29 965 décès en France depuis le 1er mars. 7 297 personnes, dont 529 patients en réanimation, sont encore prises en charges pars les établissements hospitaliers français pour une infection liée au Covid-19.

Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, a appelé les Français à la prudence en assurant qu'"il faut se préparer à une reprise de l'épidémie, voire à une deuxième vague". Le numéro deux du ministère de la Santé a ajouté qu'il faut donc "anticiper un rebond épidémique cet automne ou cet hiver" car le "virus (...) circule toujours", en appelant au respect des mesures barrières pour l'éviter.

On ne supporterait pas, économiquement et socialement, un reconfinement absolu et général.
Jean Castex
Premier ministre français

Face à cela, le Premier ministre français, Jean Castex, a indiqué ce mercredi qu'un plan de reconfinement "ciblé" était prêt. Le nouveau locataire de Matignon a ainsi expliqué qu'en cas de seconde vague, "on ne va pas faire un éventuel reconfinement comme nous avions fait celui du mois de mars" car "on ne supporterait pas, économiquement et socialement, un reconfinement absolu et général".