DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : l'Autriche renforce ses contrôles à la frontière

euronews_icons_loading
Coronavirus : l'Autriche renforce ses contrôles à la frontière
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Face à une hausse de l'augmentation des contaminations par le covid-19 dans les Balkans occidentaux, l'Autriche renforce ses contrôles aux frontières avec l'aide de l'armée.

Tout voyageur arrivant de Slovénie doit s'attendre à des contrôles aléatoires. Les forces de l'ordre inspectent aussi toutes les cargaisons. "Nous effectuons aussi des contrôles des attestations de tests au Covid-19 pour voir si la personne doit être mise en quarantaine à domicile ou si elle ne fait que passer par l'Autriche", détaille Thomas Enenkel, lieutenant-colonel au sein de l'armée autrichienne.

Les véhicules provenant de pays à risque comme la Bosnie ou la Serbie sont particulièrement surveillés. Concernant les autocars, tous les passagers doivent descendre du bus pour être contrôlés.

"La raison de ce renforcement, c'est tout simplement l'augmentation du nombre de cas dans les pays des Balkans occidentaux et finalement l'augmentation des cas en Autriche", explique Thomas Enenkel.

Des formations sont également dispensées aux soldats pour les préparer aux opérations frontalières, car tous les résultats des tests ne sont pas acceptés. Le gouvernement autrichien met notamment en garde contre les tests bon marché des Balkans qui ne répondraient pas aux normes d'Europe centrale.

En plus du contrôle des frontières, l'Autriche a imposé des interdictions pour les vols venant de Belgrade, de Sarajevo ou de Bucarest. Des restrictions qui ne s'appliquent pour l'instant que jusqu'à la fin du mois de juillet. Les contrôles aux frontières pourraient être quant à eux bientôt étendus à la frontière italienne.

"En Autriche, il n'y a actuellement que de petits clusters contrôlables. Mais pour que la situation ne dégénère pas, le pays tente de se protéger. Reste à savoir si ces restrictions de vols et les contrôles aléatoires à la frontière seront suffisants", conclut notre correspondant Johannes Pleschberger.