"Nous ne sommes pas des criminels", le cri du cœur d'une mère de Portland à l'adresse de Trump

"Nous ne sommes pas des criminels", le cri du cœur d'une mère de Portland à l'adresse de Trump
Tous droits réservés Noah Berger/Noah Berger
Par euronews avec AFP, APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un groupe a pris récemment la tête des protestations à Portland, le "Wall of moms", le mur des mères. Nous avons contacté l'une de ses membres.

"Les fédéraux, rentrez chez vous", c'est ce qu'on peut entendre à Portland (Oregon) depuis l'arrivée des renforts sur ordre de Donald Trump la semaine dernière. Les manifestations s'enchaînent et se terminent dans la fumée des gaz lacrymogènes, sans parler des arrestations sommaires... Un mouvement qui a débuté avec la mort de George Floyd et les manifestations menées par Black Lives Matter.

PUBLICITÉ

Un groupe a pris récemment la tête des protestations à Portland, le Wall of Moms ( le mur des mères ), nous avons contacté une de ses membres, Joselyn Merrill :

"À Portland, nous ne sommes pas une communauté de criminels, nous ne sommes pas une communauté de voyous comme notre administration actuelle le dit pour justifier la venue d'agents fédéraux dans notre ville. Nous sommes une communauté de mères, de frères, de sœurs, de tantes, d'oncles, de grands-parents qui se rassemblent pour soutenir la communauté noire, les vies des Noirs".

Mais la Maison blanche invoque la protection des bâtiments fédéraux et le rétablissement de l'ordre pour agir. Elle vient de signer l'envoi d'environ 200 agents à Chicago dans l'Illinois, 30 à Albuquerque au Nouveau-Mexique, alors que 200 se trouvent déjà à Kansas City dans le Missouri, et cela contre l'avis des maires et gouverneurs démocrates.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump, gênant mais nécessaire pour les Républicains et les médias américains

Assaut du Capitole : lourdes peines pour deux meneurs

17 et 15 ans de prison pour l'assaut contre le Capitole, pour deux leaders des Proud Boys