PUBLICITÉ

Minsk annonce l'arrestation dans un hôtel d'une trentaine de "combattants" russes

Arrestations dans un hôtel de Minsk
Arrestations dans un hôtel de Minsk Tous droits réservés BYBTRC
Tous droits réservés BYBTRC
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ces arrestations interviennent à dix jours de la présidentielle au Bélarus et sur fond de tensions entre Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, et la présidence russe.

PUBLICITÉ

Une opération de police très médiatisée a eu lieu dans un hôtel de Minsk, la capitale du Bélarus. Elle a permis l'arrestation de 32 ressortissants russes, présentés comme des combattants du groupe militaire privé Wagner, réputé proche du Kremlin. Dans la chambre ont été retrouvés des liasses de dollars, des passeports russes ainsi que des manuels d'instruction de matériel militaire.

Les autorités pensent que ces individus ont été envoyées par la Russie en vue de déstabiliser la prochaine élection présidentielle.

Sur les images de vidéosurveillance de l'hôtel, diffusées par la télévision d'Etat, on aperçoit l'arrivée d'un groupe d'hommes. Leur tenue quasi uniforme et l'absence d'activités de loisirs ont éveillé les soupçons. Les noms des détenus ont été diffusés par l'agence officielle Belta. Un homme a également été arrêté dans le sud du pays. Tous sont âgés entre 24 et 55 ans.

Ces arrestations interviennent à dix jours de la présidentielle au Bélarus et sur fond de tensions entre Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, et la présidence russe. Candidat à un sixième mandat, Loukachenko accuse le Kremlin de soutenir l'opposition et de vouloir faire de l'ex-république soviétique un Etat vassal de la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un citoyen lituanien est mort dans une prison au Bélarus

Bélarus : élections étroitement contrôlées, l'opposition appelle au boycott

Un prisonnier politique bélarusse meurt d'une pneumonie faute de soins médicaux