DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Royaume-Uni : le port obligatoire du masque fait des récalcitrants

euronews_icons_loading
Royaume-Uni : le port obligatoire du masque fait des récalcitrants
Tous droits réservés  Frank Augstein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le Royaume-Uni a rendu le port du masque obligatoire dans les transports et les magasins, mais les règles sont-elles vraiment appliquées ? Faut-il les durcir ? Reportage.

Le Royaume-Uni mène-t-il bon train les nouvelles règles en matière de port de masques de protection ? Ils sont obligatoires dans les transports publics depuis le 24 juillet. Mais à Londres, seuls 14 amendes, en tout auraient, été infligées à ceux qui ne respectaient pas les consignes.

Certains passagers - comme cette femme interrogée par euronews - pensent tout simplement qu'ils ne présentent pas de réel intérêt. Quant aux employés du réseau de transports londonien, ils assurent que le port du masque leur est seulement conseillé.

Graham Daly est chargé de la mise en conformité au sein du réseau. Selon lui, la nouvelle règle serait respectée à 90% par les usagers. "Nous annonçons et rappelons aux gens depuis le 15 juin que c'est obligatoire. Nous voulions adopter une attitude assez détendue au départ, nous ne voulions pas commencer à donner des amendes aux gens. Mais depuis le 4 juillet, nous avons refusé l'entrée à plusieurs milliers de personnes qui ne portaient pas de masques", assure-t-il à euronews.

Depuis une semaine, les clients des supermarchés sont également obligés de porter un masque, sous peine de se voir infliger une amende. Mais d'après plusieurs témoignages recueillis par notre correspondant, beaucoup de grandes surfaces évitent d'aller directement à la confrontation.

Faut-il des règles plus strictes ?

Alors pourquoi, en Angleterre, certains refusent-ils d'appliquer la règle ? Si le Premier ministre britannique Boris Johnson a rendu le port du masque obligatoire dans les transports et les magasins, le gouvernement et certains conseillers ont parfois délivré des messages contradictoires. Comme lorsque l'épidémiologiste Jonathan Van Tam avait déclaré début avril : "Il n'y a pas de preuve que le port généralisé de masques affecte la propagation de la maladie".

Cet expert conseille quant à lui le gouvernement d'en faire plus pour faire appliquer les règles. "Je pense que nous avons besoin de règles plus strictes", explique le Professeur Gary Mclean, virologiste à l'Université métropolitaine de Londres. "Nous avons besoin que le gouvernement les fasse appliquer, avec des amendes. Car le risque, c'est une propagation du virus, une deuxième vague et un hiver terrible".

Ce jeudi, le ministre britannique de la santé Matt Hancock s'est dit préoccupé par la possibilité de cette deuxième vague et assure que toutes les mesures de quarantaine seront prises pour s'en prémunir.