DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Entre fierté et douleur, inauguration du nouveau pont de Gênes

euronews_icons_loading
Entre fierté et douleur, inauguration du nouveau pont de Gênes
Tous droits réservés  Luca Bruno/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le 14 août 2018 était une journée pluvieuse quand un tronçon de 200 m du pont Morandi s'est effondré, faisant 43 victimes. Comme un signe du ciel, la pluie s’est abattue sur Gênes ce lundi. Près de deux années ont passé et un n**ouveau viaduc a été inauguré** en grande pompe.

Le symbole est fort, celui d'une renaissance et de pouvoirs publics capables d'agir efficacement. Le nouveau pont signé de l’architecte star Renzo Piano a été construit en un temps record. Un peu plus d'un an s'est écoulé depuis que les ruines de la tragédie ont été définitivement soufflées à l'explosif.

“La planification a été un aspect fondamental du projet. Nous voulions terminer à temps, en fournissant des résultats probants. Il était donc essentiel de pouvoir planifier toutes les tâches quotidiennement, heure par heure, du début à la fin", explique Roberto Carpaneto, directeur de projet.

Selon nombre d'observateurs, cette reconstruction pourrait constituer un modèle à suivre dans le contexte de la crise économique actuelle. Près de 200 millions d'euros d'argent public pour tourner la page d'une des pires catastrophes de l'histoire récente italienne.

"La plus grande absence aujourd'hui aura été celle des familles des victimes. Pour elles, il n'y a rien à célébrer puisque 43 personnes ont perdu la vie ici. Elles ont seulement accepté la lecture des noms de leurs proches", précise Giorgia Orlandi, correspondante à Rome d'Euronews.

Egle Possetti a perdu quatre membres de sa famille dans l’effondrement du pont Morandi. Elle a depuis pris la tête d'une association de victimes. Cette journée elle la redoutait, car cette cérémonie se déroule sur ce qui est pour elle un lieu de mémoire.

"Nous n'avions pas envie d'y participer, parce qu'être là, debout à une telle hauteur, en pensant à ce qui s'est passé ce jour-là, cela aurait été dévastateur. Nous ne voulons pas nous expliquer, nous voulons simplement que les autres personnes respectent notre peine"

Le gestionnaire de cette portion d'autoroute, filiale du groupe Benetton, est accusé par la justice d'avoir négligé l'entretien du pont. 70 personnes ont été mises en examen mais le procès de la tragédie pourrait ne pas intervenir avant plusieurs années.