DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

À Beyrouth, des infrastructures déjà fragiles dévastées par la double explosion

euronews_icons_loading
Un hélicoptère militaire largue de l'eau sur les lieux de l'explosion, Beyrouth, Liban, le 5 août 2020
Un hélicoptère militaire largue de l'eau sur les lieux de l'explosion, Beyrouth, Liban, le 5 août 2020   -   Tous droits réservés  Hussein Malla/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La destruction du port de Beyrouth soulève des inquiétudes pour l'approvisionnement du pays en biens vitaux. De nombreux États ont proposé leur aide au Liban, notamment la France et Israël.

"**Ce n'est pas du tout le moment**", indique Abbas Alawiya, expert de la région. "**Le Liban traverse une grave crise économique et le port est le poumon du pays pour importer des produits alimentaires et pour tous les autres produits"**, souligne-t-il.

Dans ce contexte, l'aide internationale devrait arriver dès mercredi après-midi dans la capitale libanaise. Le président français Emmanuel Macron a annoncé l'envoi de 55 soignants et de plusieurs tonnes de matériel sanitaire pour renforcer les hôpitaux.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a lui aussi proposé l'aide de son pays, qui est techniquement toujours en guerre contre le Liban.

Alors que les opérations de sauvetage se poursuivent pour tenter de trouver des personnes sous les décombres, les rues saccagées et les façades éventrées donnent à Beyrouth des allures de ville dévastée par la guerre.

Preuve de l'état catastrophique des infrastructures, les hôpitaux saturés ont besoin de dons de sang et de générateurs pour maintenir le courant électrique.