PUBLICITÉ

Alexandre Loukachenko, autoritaire et accroché au pouvoir depuis 26 ans

Belarus President Alexander Lukashenko delivers his speech during a state-of-the-nation address ahead of Sunday's election in Minsk, Belarus, Tuesday, Aug. 4, 2020
Belarus President Alexander Lukashenko delivers his speech during a state-of-the-nation address ahead of Sunday's election in Minsk, Belarus, Tuesday, Aug. 4, 2020 Tous droits réservés Andrey Pokumeiko/BelTA via AP
Tous droits réservés Andrey Pokumeiko/BelTA via AP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alexandre Loukachenko, autoritaire et accroché au pouvoir depuis 26 ans : le président biélorusse dirige d'une main de fer son pays depuis presque trois décennies, et compte être à nouveau élu, à la présidentielle de dimanche.

PUBLICITÉ

Rien de prédestinait l'indéboulonnable président biélorusse à diriger son pays. Alexandre Loukachenko est né il y a 65 ans dans un village pauvre, il a grandi sans son père.

Après avoir servi dans l'armée, il devient directeur d'un sovkhoze, ces fermes d'Etat de l'URSS. Sa carrière politique commence en 1990, comme député au Conseil suprême de la république biélorusse. Il part en croisade contre la corruption, se met à dos l'élite du parti communiste, et à la surprise générale, est élu comme président du pays en 1994.

Alexandre Loukachenko impose son autorité et sera surnommé le dernier dictateur d'Europe. Il s'accroche au pouvoir élections après élections, et dirige d'une main de fer le pays depuis 26 ans.

Longtemps la Russie a été sa protectrice, mais les relations avec le Kremlin se sont détériorées, Kiev accusant Moscou et l'opposition de vouloir "orchestrer un massacre" avant la présidentielle de dimanche.

Aujourd'hui son surnom au Bélarus c'est "Sacha 3%", Sacha la contraction de son prénom, et 3%, son taux d'approbation supposé, du fait d'une économie à la peine et de la gestion catastrophique de la pandémie de covid-19. Le président a qualifié l'épidémie de "psychose". Mais aujourd'hui c'est le virus de la rébellion qui pourrait avoir touché les citoyens biélorusses.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Victoire de Loukachenko au Bélarus : les réactions des Européens

Un citoyen lituanien est mort dans une prison au Bélarus

Bélarus : élections étroitement contrôlées, l'opposition appelle au boycott