DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Italie, les migrants tunisiens sont menacés d'expulsion

euronews_icons_loading
En Italie, les migrants tunisiens sont menacés d'expulsion
Tous droits réservés  ALBERTO PIZZOLI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Des représentants italiens et de l'Union Européenne se sont rendus en Tunisie pour répondre aux inquiétudes concernant le nombre croissant de migrants qui traversent le pays d'Afrique du Nord pour se rendre en Europe

Un nombre croissant de migrants traversent la Tunisie pour se rendre en Europe. Un problème auquel les hauts fonctionnaires italiens et de l'Union européenne doivent s'attaquer.

Ils ont promis de soutenir les efforts tunisiens pour créer des emplois et empêcher les jeunes de tenter de fuir ce pays d'Afrique du Nord.

Rencontre avec le président tunisien Kais Saied et Luigi Di Maio

Lors de leur rencontre à Tunis avec le président du pays Kais Saied, le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, a déclaré que l'Italie était prête à apporter son aide, notamment pour les programmes en faveur de la jeunesse.

Mais il a aussi insisté sur le fait que les migrants qui arrivent illégalement en Italie seront renvoyés.

Ces derniers mois, l'Italie s'est battue pour faire face à l'arrivée quotidienne de centaines de migrants sur ses côtes méridionales, une tâche compliquée par les mesures de sécurité imposées par la crise actuelle des coronavirus.

Pendant ce temps, la Tunisie lutte contre un taux de chômage élevé et l'instabilité politique, ce qui pousse davantage de migrants dits économiques à se rendre en Italie.

Cette année, 5700 personnes ont quitté la Tunisie. C'est 5 fois plus que l'année dernière.

Aucun montant ou source d'aide spécifique n'a été annoncé lors de la visite de Luigi Di Maio et d'autres responsables européens dans la capitale tunisienne.

L'UE a versé des centaines de millions d'euros à la Tunisie pour l'aider à lutter contre le coronavirus.

Le taux de chômage en Tunisie était de 15 % avant la pandémie, il est passé à 21 % depuis.