DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Golfgate : Phil Hogan sous pression, Les excuses du commissaire au commerce

euronews_icons_loading
Golfgate : Phil Hogan sous pression, Les excuses du commissaire au commerce
Tous droits réservés  Virginia Mayo/AP
Taille du texte Aa Aa

Le commissaire européen au Commerce, l'Irlandais Phil Hogan, a de nouveau présenté ses excuses dimanche pour sa participation à un dîner de gala en violation des restrictions sanitaires anti Covid.

82 personnes étaient invitées à ce dîner organisé pour les 50 ans du club de Golf Parlement irlandais.

Le scandale a conduit à plusieurs démissions en Irlande où le Premier ministre demande à Phil Hogan d'envisager lui aussi de démissionner.

À Bruxelles la Commission européenne demande à Phil Hogan de s'expliquer.

Dana Spinant, porte-parole de la Commission européenne : "C'est une question qui nécessite une évaluation minutieuse et la Présidente a demandé au commissaire Hogan un rapport complet qu'elle a reçu la nuit dernière. La Présidente a demandé des éclaircissements supplémentaires, car les détails sont importants."

Darren McCaffrey, Euronews : "C'est un test intéressant pour la Commission européenne - à qui doit-elle rendre des comptes ? Doit-elle être guidée par l'opinion publique d'un État membre ou par les vues des dirigeants d'un État membre ? Après tout, Hogan est avant tout un commissaire européen, pas un Irlandais."

Une démission compliquerait la tâche de la Commission européenne qui doit engager des négociations commerciales avec la Chine et les États-Unis.

Dana Spinant, porte-parole de la Commission européenne : "Nous connaissons tous l'importance du portefeuille commercial, nous avons d'ailleurs eu vendredi une annonce sur une question liée au commerce. Le commerce est donc important, mais comme le sont tous les autres portefeuilles, tous les membres de la commission doivent remplir leur rôle en se concentrant pleinement sur leur mandat".

Avec des efforts, Phil Hogan pourrait bien survivre à ce scandale, mais ses détracteurs estiment que son maintien aurait qu'un coût énorme en termes de réputation pour lui personnellement et pour la Commission dans son ensemble.