DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Bélarus, le régime impose un tour de vis

euronews_icons_loading
Au Bélarus, le régime impose un tour de vis
Tous droits réservés  AFP   -   Протесты в Беларуси
Taille du texte Aa Aa

Au Bélarus, le tour de vis du régime ne décourage pas les manifestants, qui continuent de défiler dans les rues de Minsk. Mardi soir, ils étaient encore plusieurs milliers à réclamer le départ d'Alexandre Loukachenko, dont la réélection reste contestée. Les arrestations d'opposants se poursuivent : deux d'entre eux ont écopé de dix jours d'emprisonnement.

"Bien sûr que ça fait peur", lance Alcia, une jeune manifestante. "Comment ne pourrait-on as avoir peur quand nos amis sont constamment battus, quand ces choses arrivent en pleine ville, quand les gens sont maltraités dans les prisons ? C'est évidemment terrifiant, mais ce qui l'est encore plus, c'est de vivre avec la peur".

Quelques kilomètres plus loin, plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour clamer leur soutien au chef de l'Etat Alexandre Loukachenko.

"J'ai assisté au développement du pays au cours des dernières décennies", assure l'une d'entre elles, Lyudmila. "Ça fait mal de voir des manifestants parler en notre nom. Je ne vois pas de meilleur pays que celui-là. Ce qui compte, c'est le retour au calme. Loukachenko, il fait partie de la famille".

Les deux cortèges n'en sont pas venus à l'affrontement, mais les interpellations se multiplient dans les rangs de l'opposition. Ce lundi, plus d'une quarantaine d'assignations à comparaître ont été délivrées par les autorités.

"Arrêtez de nous menacer", scandent sans relâche ces manifestants, alors que des renforts policiers et militaires ont été dépêchés sur les lieux de rassemblements.