DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Melania et Eric Trump à la tribune de la Convention du Grand Old Party : une affaire de famille

euronews_icons_loading
Melania et Eric Trump à la tribune de la Convention du Grand Old Party : une affaire de famille
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

La deuxième nuit de la Convention nationale républicaine du président américain Donald Trump était une affaire de famille.

La première dame Melania Trump évite habituellement d'attirer l'attention, mais elle a été l'oratrice vedette de cette deuxième nuit depuis la roseraie de la Maison Blanche.

Elle a mis l'accent sur le rêve américain, assurant que les femmes sont entendues, les militaires et leurs familles, avec sympathie et empathie... Elle a aussi insisté sur le fait que les Américains ne sont pas seuls face à l'épidémie de Covid-19..., et elle a parlé de son mari :

"Comme vous l'avez compris au cours des cinq dernières années, il n'est pas un politicien traditionnel. Il ne parle pas, il exige des actions et il obtient des résultats".

Pour Melania, les Etats-Unis ont besoin de Donald 4 ans de plus.

Après la mère, demandons le fils dans la famille Trump : Eric a affirmé que son père avait tenu toutes ses promesses :

"Le président Reagan a dit : "la liberté n'est jamais à plus d'une génération de l'extinction". Elle doit être défendue et protégée. C'est un combat que nous menons en ce moment même. Et c'est un combat que seul mon père peut gagner. "

"L'économie, le mur, l'armée, les accords commerciaux, les réductions d'impôts, les juges de la Cour suprême, les hôpitaux de vétérans, les médicaments sur ordonnance, le choix de l'école, le droit d'essayer, le déménagement de notre ambassade à Jérusalem, la paix au Moyen-Orient, les guerres ont enfin pris fin. Les promesses faites ont pour la première fois été tenues".

À dix semaines du jour des élections et à l'approche du vote anticipé, Trump est de plus en plus contraint de remodeler sa campagne. Dans les sondages, il perd la course à la présidence au profit du démocrate Joe Biden.