DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Union européenne exhorte la Russie à mener une enquête urgente et transparente sur Alexeï Navalny

euronews_icons_loading
L'Union européenne exhorte la Russie à mener une enquête urgente et transparente sur Alexeï Navalny
Tous droits réservés  Markus Schreiber/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne exhorte la Russie à mener une enquête complète et transparente après les révélations de l'Allemagne sur l'empoisonnement au Novitchok d'Alexeï Navalny. L'opposant politique de Vladimir Poutine a bien été empoisonné avec le même agent neurotoxique employé pour tenter d'assassiner l'ex-agent double russe Sergueï Skripal en mars 2018 en Angleterre.

Navalny a été "victime d'un crime", "destiné à le réduire au silence" pour reprendre les mots d'Angela Merkel. La chancelière allemande a informé ses partenaires de l'Union européenne et de l'OTAN des résultats des tests afin de travailler sur "une réaction commune appropriée".

Tous ont condamné l'utilisation de cet agent neurotoxique de type militaire. Mise au point par les Soviétiques dans les années 70, cette arme chimique se présente le plus souvent sous la forme d'une fine poudre susceptible de pénétrer les pores de la peau ou les voies respiratoires.

Navalny a été transféré à Berlin après être tombé malade lors d'un vol en Sibérie le mois dernier, et reste dans le coma. Ses partisans assurent qu'il a été empoisonné sur ordre du président russe.

"Dès la première minute où j'ai entendu parler de ce qui est arrivé à Alexei Navalny, je n'ai eu aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'une attaque délibérée contre quelqu'un qui est aujourd'hui le plus efficace, le plus éminent, franchement, le plus dangereux adversaire politique du régime poutinien", explique Vladimir Kara-Murza, politicien et militant de l'opposition russe.

Le Kremlin a rejeté ces allégations. La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, s'est plainte qu'elles n'étaient pas étayées par des preuves :

"Pour l'instant, la partie russe n'a pas reçu un seul document sur cette affaire, les demandes du ministère public qui ont été envoyées plus tôt, ou celles des médecins russes n'ont pas été honorées, et nous n'avons reçu aucun détail sur la déclaration faite par la partie allemande aujourd'hui. Zéro. Rien."

A 44 ans, Navalny est "dans un état grave", "sous assistance respiratoire", selon le communiqué de l'hôpital berlinois de la Charité.

Le Kremlin a précédemment rejeté l'idée selon laquelle Navalny aurait été empoisonné par les autorités russes, "du bruit vide" pour Moscou.