PUBLICITÉ

L'ouragan Sally et ses inondations balaient le Sud-Est des Etats-Unis

Les rues de Pensacola en Alabama mercredi 16 septembre 2020.
Les rues de Pensacola en Alabama mercredi 16 septembre 2020. Tous droits réservés Photo : Gerald Herbert (Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved)
Tous droits réservés Photo : Gerald Herbert (Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved)
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Rues submergées, vents violents et coupures de courant : l’État américain de l'Alabama et le nord-ouest de la Floride étaient balayés mercredi par les pluies de l'ouragan de catégorie 2 Sally, qui provoquent des inondations "catastrophiques".

PUBLICITÉ

Rues submergées, vents violents et coupures de courant : l’État américain de l'Alabama et le nord-ouest de la Floride étaient balayés mercredi par les pluies de l'ouragan de catégorie 2 Sally, qui provoquent des inondations "catastrophiques".

Sally a touché terre à 04h45 à Gulf Shores, une petite ville de l'Etat d'Alabama.

La tempête charrie des bourrasques allant jusqu'à 155 km/h, et se déplace lentement (à seulement 6 km/h), ce qui signifie des pluies continues sur les mêmes zones pendant une période prolongée, intensifiant la montée des eaux.

"Des inondations catastrophiques et historiques sont en cours", a averti le Centre national des ouragans (NHC).

Au petit matin, les rues de la ville de Pensacola et ses quelque 50 000 habitants, à l'extrême nord-ouest de la Floride, étaient transformées en torrents, selon de nombreuses vidéos circulant sur les réseaux sociaux.

A une quarantaine de kilomètres de là, dans l'Alabama, d'autres images montraient la marina de la ville balnéaire d'Orange Beach balayée, avec des bateaux de plaisance déplacés par les vents jusque sur les quais, au milieu de débris.

Les autorités du comté de Baldwin, où se trouve Orange Beach, ont alerté mercredi matin d'une "situation extrêmement dangereuse", et recommandé aux personnes ayant pu se réfugier en hauteur dans les zones inondées de ne pas bouger.

L'ouragan a provoqué "de sérieuses inondations" et "des dégâts graves et étendus", ont-elles déclaré sur Twitter.

Des précipitations de 20 à 30 cm sont attendues sur les côtes de ces deux Etats du Sud-Est des Etats-Unis, ce qui provoquera le débordement des rivières, a prévenu le NHC.

Des alertes aux tornades ont également été émises.

L'ouragan a aussi provoqué des "dommages importants" autour de la ville de Mobile, a signalé l'entreprise Alabama Power, dont plus de 150 000 clients étaient privés de courant.

Au total, selon le site poweroutage.com, plus de 270 000 foyers n'avaient plus d'électricité mercredi matin dans cet Etat, ainsi que 230 000 en Floride.

"Extrêmement dangereux"

A 07h00 heure locale, l’œil de l'ouragan se trouvait à 25 kilomètres au nord-est de la localité de Gulf Shores.

Sally traversera le sud-est de l'Alabama et le nord-ouest de la Floride jusqu'à jeudi matin, avant d'arriver sur le centre de l'Etat de Géorgie dans l'après-midi de jeudi, a précisé le Centre national des ouragans.

La tempête devrait s'affaiblir dans la journée et la nuit, à mesure qu'elle avance dans les terres.

Le président Donald Trump avait invité les habitants de l'Alabama, ainsi que des Etats de Louisiane et du Mississippi, à la plus grande prudence face à cet épisode climatique "extrêmement dangereux", mais qu'il a assuré être "sous contrôle".

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus forts, selon les scientifiques, qui prévoient ainsi une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5.

Paulette, René, Teddy et Vicky : avec Sally, pas moins de cinq tempêtes se sont déclarées simultanément au-dessus de l'Atlantique en ce début septembre, un record depuis 1971.

PUBLICITÉ

Il y a tellement eu de tempêtes tropicales dans cet océan cette année que l'ONU, qui les baptise, est en passe de se trouver à court de prénoms, pour la deuxième fois seulement de l'histoire.

"Nous devons agir pour le climat. Maintenant", a exhorté Joe Biden, le candidat démocrate à la présidentielle de novembre. Lundi, l'ancien vice-président de Barack Obama a accusé son rival Donald Trump d'être un "pyromane du climat", parce qu'il nie selon lui la réalité du changement climatique.

Les services météorologiques américains avaient prédit que la saison des ouragans dans l'Atlantique, qui dure du 1er juin au 30 novembre, serait extrêmement "active", avec entre sept et 11 ouragans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump en visite en Louisiane et au Texas, après le passage de l'ouragan Laura

L'ouragan Laura cause la mort d'au moins 6 personnes, mais fait moins de dégâts que redoutés

Avant/après l'ouragan Dorian : les dégâts aux Bahamas vus par satellite