DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bélarus : manifester coûte que coûte

euronews_icons_loading
Bélarus : manifester coûte que coûte
Tous droits réservés  AP/TUT.by
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées ce dimanche à Minsk, au Bélarus. Une nouvelle marche de protestation contre la réélection du président Alexandre Loukachenko, malgré les pressions policières.

Des images amateurs, publiées sur les réseaux sociaux, ont montré des officiers de police repoussant sans ménagement des manifestants. Les forces de l'ordre auraient également fait usage de gazs lacrymogènes.

De nouvelles arrestations ont eu lieu en marge de ces manifestations, dans la capitale, mais aussi dans plusieurs autres villes du pays.

Une ONG bélarusse de défense des droits humains (Viasna) rapporte au moins 80 personnes interpellées à Minsk et près d’une cinquantaine appréhendées à Gomel, Brest et Grodno, dont une femme enceinte.

Samedi, déjà, à Minsk, la police avait dispersé brutalement une manifestation de femmes. Selon le ministère de l'Intérieur bélarusse, plus de 400 personnes avaient été arrêtées dans la capitale et en province.

Au total, 385 d'entre elles auraient été libérées, toujours selon les autorités, qui ont par ailleurs menacé de poursuites pénales les participants à d'autres rassemblements non-autorisés.

Depuis la réélection contestée d’Alexandre Loukachenko, le 9 août, des manifestations d'une ampleur historique se tiennent chaque week-end au Bélarus. Les manifestants, vêtus de rouge et de blanc, les couleurs de l'opposition, exigent le départ du chef d'Etat au pouvoir depuis 26 ans.