Trêve fragile au Haut-Karabakh, calme précaire après des bombardements

 Trêve fragile au Haut-Karabakh, calme précaire après des bombardements
Tous droits réservés BULENT KILIC/AFP or licensors
Par Euronews avec AP, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La situation est plus calme depuis dimanche matin au Haut-Karabakh, mais les belligérants s'accusent d'avoir poursuivi des bombardements après l'entrée eu vigueur du cessez-le-feu.

PUBLICITÉ

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense diffuse ces images où il s'agirait de frappes aériennes portées dans la nuit de samedi à dimanche contre des équipements militaires arméniens.

Dans le même temps, Bakou accuse les forces arméniennes d'avoir bombardé Ganja, la deuxième plus grande ville du pays, accusation démenties par le Haut-Karabakh.

Selon les autorités au moins sept personnes auraient été tuées et plus d'une trentaine blessées.

Ces frappes ont eu lieu après l'accord de cessez-le-feu signés par les belligérants sous le parrainage de la Russie pour faciliter un échange de prisonniers.

La trêve est officiellement entrée en vigueur samedi à la mi-journée, mais le calme n'est revenu que dimanche matin.

Le dirigeant arménien du Haut-Karabakh, Araïk Haroutiounian parle d'une trêve fragile et accuse lui l'armée azerbaïdjanaise d'avoir bombardé dans la nuit à trois reprise Stepanakert, la capitale des séparatistes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Stepanakert/Khankendi aussi victime de frappes, le président du Haut-Karabakh prêt à se défendre

Haut-Karabakh : les deux parties s'accusent mutuellement d'avoir rompu le cessez-le-feu

Jens Stoltenberg "exhorte" Bakou et Erevan a signer un accord de paix