DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Donald Trump : quatre années de déclarations fracassantes

euronews_icons_loading
Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Avocat, Pennsylvanie, le 2 novembre 2020, États-Unis
Donald Trump lors d'un meeting de campagne à Avocat, Pennsylvanie, le 2 novembre 2020, États-Unis   -   Tous droits réservés  Gene J. Puskar/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les déclarations controversées du président Donald Trump ont rythmé la vie politique américaine au cours des quatre dernières années. Euronews revient sur certaines d'entre elles, dans une vidéo sans commentaire.

Donald Trump nomme Kim Jong-un "Rocket man"

"Le petit homme fusée (ndlr Rocket man en anglais) parle maintenant d'une arme massive qui explosera au-dessus de l'océan Pacifique, et qui provoquera une énorme calamité" a déclaré Donald Trump le 22 septembre 2017 à Huntsville en Alabama. Le président américain faisait référence au dictateur nord-coréen Kim Jong-un et au développement de son arsenal nucléaire. "Nous n'aurons pas d'autre choix que de détruire complètement la Corée du Nord" avait-il lancé trois jours plus tôt devant l'Assemblée générale des Nations Unies. "Rocket man est en mission suicide" avait-il ajouté.

Trump à Macron : "voulez-vous de beaux combattants de l'État Islamique ? "

Évoquant la menace de l'État Islamique lors du sommet de l'OTAN de Londres le 3 décembre 2019, le président américain a demandé à son homologue français s'il souhaitait avoir "de beaux combattants de l'État Islamique".

"Nous avons un nombre énorme de combattants capturés, des combattants de l'EI (ndlr État Islamique) en Syrie, qui sont tous sous les verrous ; beaucoup viennent de France, beaucoup d'Allemagne, peut-être du Royaume-Uni, ils viennent surtout d'Europe" avait souligné le président américain avant de formuler sa demande, sur un ton humouristique. "Soyons sérieux" a rétorqué le président français.

Trump estime que le Covid-19 disparaîtra au printemps

Dans un discours pronnocé à Washington le 10 février 2020, Donald Trump a estimé que le coronavirus allait disparaître avec l'arrivée de la saison chaude. "Vous savez, beaucoup de gens pensent qu'il disparaît en avril avec la chaleur" a-t-il dit.

Un mois plus tard, estimant qu'"aucune nation n'est plus préparée que les États-Unis" pour faire face au coronavirus, le président a souligné que le Covid-19 n'avait "aucune chance contre nous".

Après avoir été infecté, Trump se sent "comme Superman"

"Maintenant je suis immunisé, me disent-ils, je suis immunisé!" a lancé le président américain lors d'un meeting qui s'est tenu le 13 octobre 2020 à Johnstown en Pennsylvanie.

"Je peux descendre et commencer à embrasser tout le monde. J'embrasserai tous les hommes et toutes les femmes. Regardez ce type, comme il est beau, je vais l'embrasser. Pas avec beaucoup de plaisir, mais c'est bon".

"Nos médias sont l'ennemi du peuple".

On ne compte plus les envolées lyriques de Donald Trump contre les médias, considérés comme "l'ennemi du peuple". Lors d'un meeting qui s'est tenu à Ocala en Floride le 16 octobre dernier, le président américain a souhaité souligné que leur travail était "très dangereux".

"Covid, Covid, Covid, le 4 novembre, vous n'en entendrez plus parler"

"Un avion s'écrase, 500 personnes sont mortes et ils n'en parlent pas" a déclaré le président américain le 24 octobre dernier lors d'un meeting à Lumberton en Caroline du Nord le 24 octobre 2020. "Covid, Covid, Covid, Covid, Covid, c'est tout ce dont j'entends parler" a-t-il lancé face à ses supporters.