DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’Union européenne se mobilise contre le terrorisme

L’Union européenne se mobilise contre le terrorisme
Tous droits réservés  JOE KLAMAR/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Le terrorisme islamique frappe à nouveau l'Europe. Neuf attentats ont été perpétrés cette année, dont trois au cours des dernières semaines. En 2019, trois attaques ont pu être déjouées par les services de sécurité.

Mais cette menace a beaucoup évolué, souligne le directeur adjoint d’Europol, l’agence européenne de coopération policière. "Il y a quelques années ces attaques étaient menées clairement par le groupe Etat islamique ou Al Quaida, désormais l'origine des assaillants est plus diverse. Généralement cela devient plus difficile pour les services de sécurité de réagir et d'intervenir", explique Wil van Gemert.

Selon une étude d'Europol, la pandémie de coronavirus rend la situation encore plus difficile. Le confinement pousse de nombreuses personnes à passer plus de temps devant leur écran d'ordinateur entrainant une augmentation de la radicalisation par internet. Pour lutter contre ce phénomène Europol dispose d'un service dédié au web et travaille étroitement avec les opérateurs numériques. "Il y a une responsabilité à la fois des services de sécurité et des acteurs privés pour assurer la sécurité de notre société", souligne Wil van Gemert.

L'Allemagne, qui assure la présidence semestrielle de l'UE, fait de la coopération anti-terroriste une priorité, ainsi que le renforcement des moyens d'Europol. Mais certains analystes soulignent que les Etats membres ont délaissé trop longtemps les efforts pour lutter contre l'idéologie de l'islam radical. "On ne nait pas djihadiste, on le devient, et on le devient par un processus qui est celui de radicalisation et qui passe par des différentes étapes, religieuses et politiques", détaille Claude Moniquet, directeur de l’ESISC (European Strategic Intelligence and Security center).

Le président français veut s'attaquer à l'idéologie de l'islamisme radical. Sous l'impulsion d'Emmanuel Macron un mini-sommet virtuel a été organisé mardi avec les dirigeants allemand, autrichien, néerlandais ainsi que les responsables des institutions de l’UE. Selon Claude Moniquet, les 27 devraient coopérer davantage avec leurs partenaires musulmans. L’expert en contre-terrorisme suggère aussi de s’appuyer sur les "communautés musulmanes européennes qui luttent contre le salafisme".

Les ministres de l'Intérieur de l’UE se retrouveront vendredi en visioconférence pour une réunion consacrée à la lutte contre le terrorisme.