DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le confinement partiel ne suffit plus en Autriche

euronews_icons_loading
Le confinement partiel ne suffit plus en Autriche
Tous droits réservés  Ronald Zak/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement autrichien a annoncé samedi la fermeture des écoles et des magasins dits non essentiels, deux semaines après la mise en place d'un confinement partiel qui n'a pas permis de ralentir la fulgurante propagation du coronavirus dans le pays.

"Chaque contact social est un de trop"

"De nouvelles restrictions s'imposent", a déclaré le chancelier Sebastian Kurz lors d'une conférence de presse à Vienne. "A partir de mardi et jusqu'au 6 décembre, sera instauré un confinement comme celui du printemps".

Détaillant les mesures, il a précisé que les contacts devront être limités au maximum.

"Ma demande pressante pour les prochaines semaines est la suivante : ne rencontrez personne. Chaque contact social est un de trop"
Sebastian Kurz
Chef du gouvernement autrichien

Les sorties à l'extérieur ne seront autorisées que dans des circonstances bien précises (courses, motifs professionnels et médicaux, sports ou balades).

Les commerces devront aussi baisser le rideau, à l'exception des magasins d'alimentation, pharmacies, banques, postes et autres activités jugées essentielles.

Du côté de l'éducation, les écoles primaires et les collèges assureront les cours à distance. Seules les classes supérieures (lycées et universités) étaient affectées jusqu'à présent.

Face aux critiques sur cette dernière mesure, Sebastian Kurz a insisté sur la nécessité "de réagir de manière radicale" pour stopper la spirale.

"Il y en a encore beaucoup qui disent que de toute façon, les infections ne se produisent pas à l'école, dans les magasins ou les services. Mais la vérité est que les autorités ne peuvent plus retracer 77% des nouvelles infections, ce qui signifie qu'elles ne savent plus où les contaminations ont lieu", a-t-il souligné.

Plus de 1 600 décès depuis le début de la pandémie

Un confinement partiel avec la mise en place d'un couvre-feu nocturne avait été instauré début novembre. Les restaurants, musées, salles de concerts, espaces sportifs avaient été fermés mais les cas ont continué à exploser.

Le nombre moyen de contaminations quotidiennes se situait samedi à 831 par million d'habitants sur les sept derniers jours, selon le site "Our World in Data", ce qui plaçait l'Autriche en tête dans le monde devant la Suisse ou la République tchèque.

Relativement épargné par la première vague, ce pays de 8,8 millions d'habitants a de fait enregistré vendredi près de 10 000 contaminations en 24 heures et samedi encore 7 000, contre seulement 1 000 début octobre, et le système hospitalier arrive à saturation.

A l'heure actuelle, 567 lits sur 2 000 en soins intensifs sont occupés par des malades du Covid-19, selon les chiffres donnés par la presse locale.

Plus de 1 660 décès ont été recensés depuis l'émergence de la pandémie.