DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Plan de relance : la Hongrie et la Pologne continuent de bloquer, les discussions se poursuivent

euronews_icons_loading
Plan de relance : la Hongrie et la Pologne continuent de bloquer, les discussions se poursuivent
Tous droits réservés  Olivier Matthys/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les Vingt-Sept, ou plutôt les Ving-Cinq, parviendront-ils à faire céder la Hongrie et la Pologne ? Ces deux pays refusent que le versement des fonds du plan de relance européen de 750 milliards soient conditionnés au respect de l'État de droit.

Le dossier est arrivé en haut de la pile lors de l'ouverture du sommet européen virtuel jeudi. Mais il a été vite évacué au profit de la réponse sanitaire à la pandémie de Covid-19, principal thème originel des discussions. Si l'exaspération face à l'entêtement de Varsovie et Budapest se fait sentir, les Européens veulent néanmoins, pour l'heure, poursuivre les discussions.

"Ce paquet financier est essentiel pour notre reprise économique, nous devons le mettre en oeuvre le plus rapidement possible", déclare Charles Michel, président du Conseil européen. "Concernant le mécanisme de conditionnalité, la grande majorité des États membres est d'accord avec le compromis sur la table, et certains Etats membres ont indiqué qu'ils n'étaient pas en mesure de soutenir la majorité. Nous poursuivrons donc les discussions afin de trouver une solution acceptable pour tous".

Le plan de relance est adossé au budget européen 2021-2027, et c'est là où l’unanimité des Etats est nécessaire. Le blocage empêche au final les Vingt-Sept d'emprunter sur les marchés, cet endettement commun pour financer le plan de relance étant une grande première pour l'Union européenne. Conséquence : l'Espagne et l'Italie sont pour l'heure privées de 60 milliards d'euros et la France de près de 40 milliards.

"Nous poursuivrons donc les discussions afin de trouver une solution acceptable pour tous"
Charles Michel
Président du Conseil européen

Quelles options en cas de blocage ?

"Nous avons le devoir d'essayer de trouver une solution, c'est d'une importance évidente, et nous allons essayer", a souligné Angela Merkel, chancelière allemande. "Ce n'est pas un problème facile à résoudre, c'est un problème très sérieux à résoudre, donc je ne peux pas spéculer sur ce sujet maintenant. Je peux seulement dire que nous y travaillerons durement et sérieusement".

Le Parlement européen refuse toute concession et toute renégociation des accords conclus. Mais alors quelles possibilités s'offrent aux Vingt-Cinq si la Pologne et la Hongrie refusent de les rallier ? Le plan de relance pourrait faire l'objet d'un accord intergouvernemental excluant les Etats frondeurs, mais cette option est techniquement complexe et sans doute "prématurée".

Et pas sûr que la Hongrie et la Pologne veuillent en arriver là. Le plan de relance leur octroie respectivement 6,2 milliards et 23 milliards d'euros. Et les deux pays ont beaucoup à perdre : ils sont des bénéficiaires nets des fonds européens, ce qui signifie qu'ils perçoivent déjà plus de fonds qu'il ne contribuent à ce budget européen.