DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : Viktor Orban affaibli par la partouze d'un pilier du Fidesz

Access to the comments Discussion
Par Anne Devineaux  & Adam Magyar
euronews_icons_loading
Hongrie : Viktor Orban affaibli par la partouze d'un pilier du Fidesz
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Les Hongrois s'en donnent à coeur joie sur internet pour illustrer le scandale qui éclabousse le gouvernement de Viktor Orban. En plein confinement l'eurodéputé Jozsef Szajer, pilier du parti ultraconservateur au pouvoir, a pris la fuite par une fenêtre puis le long d'une gouttière au terme d'une soirée de débauche sexuelle gay à Bruxelles.

A contrario, les médias contrôlés par le gouvernement n'étaient pas aussi désireux de couvrir l'histoire. Certains l'ont relégué dans les pages intérieures, avec la simple déclaration du principal intéressé qui s'est excusé ce mardi. Au lendemain de l'affaire, pas facile non plus de recueillir une réaction officielle.

"La police a établi un périmètre autour de l'entrée du bureau du Premier ministre, afin que les journalistes ne puissent pas questionner les membres du gouvernement après la réunion du cabinet", explique notre reporter sur place Adam Magyar.

Long silence de Viktor Orban

Le Premier ministre est finalement sorti de son long silence mercredi soir. Viktor Orban a condamné un "acte inacceptable". Il a annoncé la démission immédiate de Jozsef Szajer, du parti au pouvoir le Fidesz. "Ce que notre représentant a fait n'a pas sa place dans les valeurs de notre famille politique", a-t-il déclaré. En ajoutant toutefois qu'il n'oubliait pas ce que ce dernier avait fait pour le parti depuis trente ans.

Le scandale a un retentissement important pour la communauté LGBT, cible des attaques répétées du parti majoritaire. Si l'homosexualité de József Szájer, mariée par ailleurs à une membre de la Cour constitutionnelle, avait néanmoins été révélée il y a quelques années, nombre d'élus ont eu des mots très durs contre les homosexuels ces dernières années.

"Il y a différents types de personnes dans les rangs du Fidesz, le parti au pouvoir, et parmi leurs électeurs également. On peut pas tracer de ligne claire. Mais vous ne pouvez pas exclure des personnes de la société parce que leur vie ou leur orientation sexuelle est différente de celle de la majorité. Nous espérons que le gouvernement se rendra compte que les personnes LGBT font partie intégrante de la société et qu'il ne doit pas répandre la haine à leur encontre", réagit Tamás Dombos de Hatter Society, la principale association LGBT de Hongrie.

"Faillite morale, hypocrisie"

Au niveau européen, l'affaire arrive à un moment délicat pour Budapest. La Hongrie est en plein bras de fer avec l'UE concernant le mécanisme conditionnant le versement de fonds européens au respect de l'Etat de droit.

"Tout pointe dans une direction : la capacité de défense politique du Fidesz a récemment diminué, ce qui est négatif pour la Hongrie", résume Patrik Szicherle, analyste à Political Capital.

Les partis d’opposition ne se sont eux pas privés de dénoncer "la faillite morale", le "mensonge" ou encore "l’hypocrisie" du parti au pouvoir.