PUBLICITÉ

Nouvel exode pour des réfugiés rohingyas, transférés par le Bangladesh sur une île isolée

Réfugiés rohingyas en pleurs avant la séparation
Réfugiés rohingyas en pleurs avant la séparation Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un premier groupe d'environ un millier de réfugiés a été transféré. Beaucoup disent être relocalisés contre leur gré sur cette île inhospitalière.

PUBLICITÉ

Escortés par la police bangladaise, ils partent pour un nouvel exil. Ils, ce sont des milliers de réfugiés rohingyas, que le Bangladesh va relocaliser sur une île. Les premiers ont embarqué à bord d'une vingtaine de bus, direction le port de Chittagong. Leur destination finale, c'est l'île de Bhasan Char, dans le golfe du Bengale, 52 km2 régulièrement exposée aux cyclones et aux inondations. À terme, le Bangladesh veut y transférer 100 000 rohingyas, officiellement tous volontaires, mais les récits des témoins sont tout autres :

« Ils forcent mon fils et sa famille à partir, se lamente une femme. Il ne voulait pas mais ils l'ont obligé. Je le vois sans doute pour la dernière fois. »

« Ils ont battu mon frère et lui ont cassé deux ou trois dents, raconte un jeune garçon_. Ils l'ont amené ici. Mon frère ne voulait pas aller sur l'île de Bhasan Char. Ils l'ont frappé et ils ont aussi amené mes nièces et ma belle-sœur ici la nuit dernière. »_

Des séparations déchirantes pour des familles qui ont déjà frôlé le pire : l'épuration ethnique menée à l'encontre de cette minorité musulmane en Birmanie par l'armée et des milices bouddhistes. Des massacres qui avaient conduit en 2017 à leur exode massif ver le Bangladesh voisin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Incendie meurtrier dans un camp de réfugiés rohingyas au Bangladesh

Un terrible incendie dans la capitale bangladaise a fait au moins 43 morts

A trois mois des élections au Bangladesh, un des leaders de l'opposition a été inculpé de meurtre