PUBLICITÉ

Les États-Unis font un pas historique vers la dépénalisation du cannabis au niveau fédéral

Les États-Unis font un pas historique vers la dépénalisation du cannabis au niveau fédéral
Tous droits réservés Matilde Campodonico/AP
Tous droits réservés Matilde Campodonico/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le texte a été approuvé par la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires. Mais il a de fortes chances d'être bloqué au Sénat, actuellement contrôlé par les républicains.

PUBLICITÉ

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, a approuvé vendredi un projet de loi visant à rayer le cannabis de la liste fédérale des drogues dangereuses, ce qui constitue un pas historique vers une dépénalisation du cannabis au niveau fédéral aux Etats-Unis.

Ce texte décriminaliserait ainsi au niveau fédéral la possession de cannabis, même si sa consommation est déjà légale à des degrés divers dans de nombreux États américains. Le texte permettrait aussi l'annulation de condamnations fédérales pour des infractions mineures relatives aux stupéfiants, qui touchent surtout les minorités.

Selon l'organisation pro-cannabis NORML, c'est la première fois depuis 50 ans qu'une chambre du Congrès réexamine la classification du cannabis. "C'est un moment historique", a salué avant le vote l'élue démocrate de Hawaï Tulsi Gabbard. C'est "un pas vers la fin de la coûteuse et destructrice guerre américaine contre la drogue, qui a fait d'Américains ordinaires des criminels, déchiré des familles et ruiné tant de vies".

Un texte soutenu par quelques républicains comme Matt Gaetz, membre de la Chambre des représentants, qui a déclaré : "Je vote pour, car le gouvernement fédéral a menti à la population de ce pays sur le cannabis pendant une génération. Nous avons vu toute une génération, composée surtout de jeunes Afro-américains, être enfermée pour des délits qui n'auraient pas dû aboutir à une incarcération".

Un soutien temporisé par l'avertissement adressé par son collègue républicain de Caroline du Nord, Greg Murphy : "La légalisation du cannabis permettrait de créer des recettes fiscales. Mais à quel prix ? Commencerons-nous alors à légaliser la cocaïne ? Ne vous y trompez pas, la consommation de cannabis est une porte d'entrée vers une consommation de drogue plus importante et plus dangereuse encore".

Le texte a de fortes chances d'être bloqué au Sénat, actuellement contrôlé par les républicains, en attendant l'élection partielle du 5 janvier qui pourrait changer la donne. Et les États gardent la main sur cette législation.

Une trentaine d'entre eux autorisent déjà la consommation de cannabis pour raison médicale, tandis que l'usage récréationnel est autorisé dans 11 Etats. Mais la question semble commencer à dépasser les clivages politiques. Lors de la présidentielle de novembre, des bastions républicains comme le Montana ou le Dakota du Sud ont voté en faveur d'une libéralisation du cannabis.

Et selon des sondages récents, plus de deux tiers des Américains se disent en faveur d'une légalisation du cannabis.

Ce vote intervient aussi deux jours après une autre décision historique à l'ONU. La Commission des stupéfiants de l'organisation a retiré mercredi le cannabis de sa liste des drogues les plus dangereuses, sur laquelle il figurait depuis 59 ans et qui décourageait son utilisation à des fins médicales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis : le baron de la drogue "Otoniel" condamné à 45 ans de prison

Roumanie : une alliance de droite pour les élections européennes

A Copenhague, le quartier hippie de Christiania dit stop au trafic de drogue