DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : la Russie a commencé à vacciner une partie de sa population

euronews_icons_loading
Covid-19 : la Russie a commencé à vacciner une partie de sa population
Tous droits réservés  KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

[Dans la vidéo ci-dessus : le reportage de notre correspondante à Moscou]

La clinique d'Etat N2 située au sud de Moscou est équipée d'un réfrigérateur spécial qui permet de conserver le vaccin Spoutnik V à moins 18° minimum. Elle fait partie des 70 centres de vaccination ouverts dans la capitale russe.

Depuis ce week-end, la Russie a en effet commencé à vacciner contre le Covid-19 certaines catégories de sa population comme les travailleurs sociaux, le personnel médical ou les enseignants : exceptions faites toutefois des femmes enceintes et des personnes atteintes de maladies chroniques.

Chaque patient vacciné devra revenir trois semaines plus tard pour une deuxième injection.

Une liste des possibles effets secondaires est détaillée sur une brochure. "Un malaise ou une faiblesse peuvent survenir au cours des premières 24 heures, ainsi qu'une petite hausse de la température même si c'est très rare", tient à préciser Natalia Shindryaeva, médecin-cheffe à la polyclinique d'État N2.

Selon des médecins, il faudrait jusqu'à 40 jours pour construire une immunité, et ces derniers recommandent aux personnes d'éviter les lieux publics après la vaccination.

Les personnes rencontrées par notre correspondante et qui ont été parmi les premières à se faire vacciner ont expliqué qu'elles ne s'inquiétaient pas du fait que les essais cliniques de Spoutnik V n'étaient pas encore terminés. Et même si lors des premiers essais, une personne sur six aurait ressenti des effets secondaires.

"Si le gouvernement russe recommande ce vaccin pour une vaccination de masse, alors je le soutiendrai pleinement. Il est très important pour moi d'être en sécurité, et très important que mon travail qui est de m'occuper des personnes retraitées et d'enseigner ne cause de problème à personne", se justifie Kozlov Dmitry travailleur social et enseignant.

Si certains Russes se font vacciner sans hésiter, d'autres ne partagent pas le même enthousiasme. Selon un récent sondage : la majorité des Russes ne pensent pas qu'il soit nécessaire de se faire vacciner contre le Covid-19, même si le pays affirme que Spoutnik V serait efficace à 95 %.

L'une des questions qui restent en suspens concerne également la capacité de fabrication du vaccin. Deux millions de doses seulement devraient être produites d'ici la fin de l'année.