This content is not available in your region

Une commune belge devenue d’intérêt mondial contre le coronavirus

Access to the comments Discussion
Par Isabel Marques da Silva
euronews_icons_loading
Une commune belge devenue d’intérêt mondial contre le coronavirus
Tous droits réservés  Virginia Mayo/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

La petite ville belge de Puurs fait l'actualité mondiale depuis plusieurs semaines. C'est ici, en région flamande, que l'entreprise américaine Pfizer dispose d'une usine de production de vaccin contre le covid-19, en association avec la société allemande BioNTech.

Sur les 16 000 habitants de la commune, 5 000 d'entre eux travaillent pour l'une des trois entreprises pharmaceutiques présentes à proximité. Le bourgmestre, autrement dit le maire de la ville, s'est accommodé avec enthousiasme des demandes particulières du géant américain. "Nous avons résolu un problème de route pour permettre à Pfizer de se connecter plus facilement avec ses deux autres sites, nous avons aussi accordé des licences pour installer deux éoliennes", explique Koen Van den Heuvel. Il aime souligner la fierté de ses administrés en cette période de pandémie. "Nous disons maintenant que nous allons sauver le monde! ", ajoute le maire.

L’usine Pfizer en Belgique est située à un carrefour stratégique entre l’aéroport de Zaventem, à proximité de Bruxelles et le port d’Anvers. L'Union européenne a commandé 200 millions de doses. Mais les premières livraisons prévues cette semaine iront au Royaume-Uni.

La lutte contre la pandémie soulève un défi logistique. Ce vaccin doit être transporté et maintenu dans un environnement à -70°C. Des containers spécifiques avec de la glace sèche ont été conçus pour assurer le transport en toute sécurité.

Olivier Matthys/AP
La logistique est un élément clef de la réussite de la campagne de vaccinationOlivier Matthys/AP

Pour la livraison, Pfizer dit avoir développé des innovations en matière de conditionnement et de conservation pour répondre aux besoins des différentes localisations où les vaccinations devraient se dérouler. L'entreprise américaine explique employer la technologie GPS avec des senseurs thermiques et une tour de contrôle pour suivre l'emplacement et la température de chaque livraison de vaccin selon les routes préétablies.

L'entreprise assure être en mesure de livrer d'ici la fin de l'année 50 millions de doses et plus d'un milliard en 2021. Elle songe aussi à une éventuelle coopération avec l'initiative COVAX lancée pour garantir un accès au vaccin aux pays les moins riches.

Journaliste • Grégoire Lory