DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brexit : Boris Johnson rencontrera ce mercredi soir à Bruxelles Ursula von der Leyen

Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Brexit : Boris Johnson rencontrera ce mercredi soir à Bruxelles Ursula von der Leyen
Tous droits réservés  FRANK AUGSTEIN/AFP
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est attendu mercredi soir à Bruxelles pour rencontrer la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Cette date n'est pas le fruit du hasard. Ce dîner de travail interviendra quelques heures avant le début du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l’UE qui s'ouvrira jeudi.

Après des mois et des mois de négociations, les discussions sur le Brexit bloquent toujours. Les deux longs rendez-vous téléphoniques de ces derniers jours entre la présidente de la Commission et le Premier ministre britannique n'ont pas permis de sortir de l'impasse politique. "La situation en ce moment est très délicate, je crois que nos amis doivent comprendre que le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne afin de pouvoir exercer son contrôle démocratique", explique Boris Johnson.

Mais Londres a tout de même fait un geste. Le gouvernement britannique a retiré les articles controversés d'un projet de loi qui remettait en cause certains points de l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'UE. Le document, qui violait sciemment le droit international, revenait sur les dispositions concernant le marché intérieur sur l'île d'Irlande. Pour les 27 il faut avant tout "protéger l'accord du Vendredi saint, maintenir la paix, la stabilité et la prospérité sur l'île d'Irlande et préserver l'intégrité du marché unique européen", précise le vice-président de la Commission Maros Sefčovič.

Mais cette main tendue n'est qu'une pièce dans une partie d’échec beaucoup plus vaste où la perspective d'une sortie sans accord se rapproche. "Il nous reste trois semaines avant la fin de la période de transition et nous ne savons pas si nous serons en mesure de trouver un accord ou non", s’impatiente l’eurodéputée Kati Piri (S&D). Elle souligne d’ailleurs qu’en cas d’échec il faudra trouver le temps nécessaire pour voter des mesures d’urgence afin de protéger les citoyens et les entreprises.