DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Il avait "L'Etoffe des Héros" : Chuck Yeager, 1er pilote à avoir franchi le mur du son, est mort

euronews_icons_loading
Chuck Yeager se prépare à piloter un F-15D Eagle, le 14 octobre 2012
Chuck Yeager se prépare à piloter un F-15D Eagle, le 14 octobre 2012   -   Tous droits réservés  MASTER SGT. JASON W. EDWARDS/AFP
Taille du texte Aa Aa

Il avait "L'Etoffe des Héros", ce film hollywoodien qui a été inspiré par son exploit historique. Charlie Yeager, dit "Chuck", est mort aux Etats-Unis ce mardi à l'âge de 97 ans, après une vie de pilote de l'armée américaine particulièrement bien remplie : c'est lui qui le premier a franchi le mur du son aux commandes de son avion Bell X-1 le 14 octobre 1947 (voir photo ci-dessous). Cela lui a valu le surnom de "The Fastest Man Alive", "L'homme le plus rapide au monde".

C'est sur le compte Twitter du général d'aviation que son épouse, Victoria Yeager, a appris au monde sa disparition :

Je vous annonce avec beaucoup de tristesse que l'amour de ma vie, le général Chuck Yeager, est décédé (...)
Une vie incroyable, bien vécue, le plus grand pilote de l'Amérique et son héritage de force, d'aventure et patriotisme seront pour toujours dans nos souvenirs
USAF/AFP
Photographie d'archives de l'US Air Force montrant le capitaine Charlie Yeager avec son avion Bell X-1, en 1947USAF/AFP

Une "balle avec des ailes"

"Chuck" est entré dans l'Histoire à une vitesse phénoménale pour l'époque. Avec son avion sorti du ventre d'un bombardier à une altitude de 13 700 mètres, il a volé à Mach 1,06 supersonique. Pour l'anecdote, l'appareil avait la forme d'une balle de Colt-45, il était muni d'un nez pointu et d'ailes très courtes afin de fendre l'air de la manière la plus efficace possible. Chalmers "Slick" Goodlin, un autre pilote d'essai, camarade de Yeager, avait d'ailleurs qualifié alors l'avion de "balle avec des ailes".

Des extraits du film "The Right Stuff" ("L'Etoffe des Héros"), réalisé par Philip Kaufman, sorti en salle en 1983 :

Commentaire TV : Stéphane Hamalian