EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brexit : Londres et Bruxelles se préparent au "no deal"

Brexit : Londres et Bruxelles se préparent au "no deal"
Tous droits réservés Olivier Hoslet/AP
Tous droits réservés Olivier Hoslet/AP
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les négociations entre le Royaume-Uni et l'UE continuent jusqu'à dimanche. Mais pour Boris Johnson, il existe une "forte possibilité" qu'elles échouent.

Le Royaume-Uni et l'Union européenne se préparent ouvertement à une absence d'accord commercial post-Brexit.

PUBLICITÉ

Officiellement, les négociations se poursuivent jusqu'à dimanche. Mais désormais l'espoir d'un accord de libre-échange entre Londres et Bruxelles semble plus mince que jamais. Au lendemain de son entrevue avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la "forte possibilité" d'un "no deal" a été clairement énoncée ce jeudi par le Premier ministre britannique.

"Il faut être très clair. Il y a maintenant une forte possibilité que nous ayons une solution qui soit davantage comme la relation que l'Australie a avec l'UE, plutôt que la relation entre le Canada et l'UE. Cela ne veut pas dire que ce soit une mauvaise chose. Il y a de nombreuses façons, comme je l'ai dit, de tourner cela à l'avantage des deux parties", a dit Boris Johnson.

"Nous n'arrêtons pas les discussions, nous continuerons à négocier", a ajouté Boris Johnson, se disant prêt à aller à Bruxelles, à Paris, à Berlin pour essayer de trouver un accord. Il a aussi ordonné à ses ministres de se préparer à un "no deal",

La Commission européenne a elle aussi fait monter la pression en présentant des mesures d'urgence visant à maintenir le fonctionnement des transports et du commerce en cas d'échec des négociations.

"Notre responsabilité est de nous préparer à toutes les éventualités y compris celle de ne pas avoir d'accord avec le Royaume-Uni au 1er janvier 2021. C'est pourquoi nous présentons ces mesures aujourd'hui", a fait savoir Ursula von der Leyen.

Londres a promis d'"examiner de très près les détails" du plan européen mais s'est montré très réservé au sujet de la pêche, rappelant son intention de reprendre le contrôle de ses eaux au 1er janvier.

Le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, quittera définitivement le marché unique et l'union douanière le 31 décembre. Sans accord de libre-échange avec Bruxelles à cette date, les échanges entre Londres et l'UE, son principal partenaire, se feront selon les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane et de quotas, au risque d'un nouveau choc pour des économies déjà fragilisées par le coronavirus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit : les heures sont comptées pour trouver un accord entre l’UE et Londres

Pourquoi l'UE doit-elle surveiller de près les élections au Royaume-Uni ?

Le Royaume-Uni en marche vers l'alternance : le parti travailliste grand favori du scrutin