DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les campagnes de vaccination s'accélèrent à travers le monde

euronews_icons_loading
Les campagnes de vaccination s'accélèrent à travers le monde
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Elle est la première personne à qui on a administré en situation réelle le vaccin Pfizer/BioNtech. La Britannique Margaret Keenan, 90 ans, est sortie de l'hopital sous l'oeil des caméras et oréolée de son son nouveau statut.

Au Royaulme-Uni, la campagne de vaccination a été lancée il y a deux jours. Et première surprise, deux personnels soignant ont mal réagi au vaccin. Ce sont leurs antécédents allergiques qui sont en cause. Les autorités sanitaires ont décidé de ne plus administrer le vaccin aux personnes avec un historique allergique important.

La course au vaccin en Russie également. Ici c'est le Sputnik V, le vaccin nationa, qui est inocculé depuis ce week-end. Il a déjà été administré à Moscou à certains enseignants et personnels soignant. D'importants stocks ont également été envoyés en Sibérie pour étendre la campagne de vaccination.

Au Danemark, les autorités tentent d'endiguer la reprise épidémique. Les enfants de plus de 11 ans vont suivre les cours à distance. Les bars et les restaurant vont également fermer.

"Je comprends pourquoi l'on doit faire quelque chose. Les chiffres augmentent encore et encore et ne s'améliorent pas, mais en même temps, j'ai l'impression que les gens vont se rencontrer chez eux. Comme, ils ne peuvent pas sortir dans un environnement contrôlé, ils vont aller dans un environnement non contrôlé à savoir à la maison", estime une serveuse de Copenhague.

Depuis combien de temps le coronavirus cicrcule-t-il en Europe ? Selon une étude internationale, il aurait pu être présent dans le nord de l' Italie dès le mois de novembre 2019, soit plus de trois mois avant que le premier cas soit officiellement recensé. De l'ARN du virus a été retrouvé dans les analyses d'un enfant. On lui avait à l'époque diagnostiqué une rougeole. De quoi revoir largement la chronologie de l'épidémie en Europe.