Les fermiers indiens toujours en grève contre la réforme du marché agricole

Les fermiers indiens toujours en grève contre la réforme du marché agricole
Tous droits réservés Altaf Qadri/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Altaf Qadri/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les agriculteurs indiens qui représentent plus de la moitié de la population exigent le retrait de la loi destinée à libéraliser les prix des produits agricoles.

PUBLICITÉ

Les agriculteurs indiens continuent de bloquer les accès des différentes provinces à la capitale New Delhi. Ce weekend, si des centaines de fermiers étaient installés à 30 km au nord-ouest de New Delhi, un groupe a réussi à prendre le contrôle de deux postes de péage et d'autres ont tenté de bloquer de nouvelles autoroutes, mais sans succès. Ils ont été évacués par la police.

Depuis septembre, les fermiers qui constituent plus de la moitié de la population indienne, sont vent debout contre le gouvernement et la loi de libéralisation de la commercialisation des produits agricoles.

Ils estiment que la réforme les mettra à la merci de grands groupes qui pourront à leur guise faire baisser les prix, et éventuellement finir par les déposséder de leurs terres. D'autant plus que rien n’empêche ces compagnies de stocker les denrées pour une durée illimitée et d’organiser la spéculation.

Jusqu'alors les marchés agricoles contrôlés par l'Etat assuraient aux agriculteurs un revenu minimum. Les fermiers exigent depuis que le Premier ministre Narendra Modi fasse marche arrière sur cette réforme.

Des délégations d'agriculteurs ont rencontré des hauts responsables du gouvernement pour des discussions qui n'ont pas abouti.

Le gouvernement assure que la réforme vise à permettre aux agriculteurs de gagner plus, puisqu'il seront libres de vendre leur production à qui ils veulent. Elle vise également à permettre des investissements pour la modernisation "nécessaire" de l'agriculture.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Inde, la colère des agriculteurs réprimée par des gaz lacrymogènes

En Géorgie, une procession pour la pureté de la famille en réaction à la journée contre l'homophobie

Salomé Zourabichvili : "Il n'y a pas de tentation de retour dans le giron russe en Géorgie"