L'Arménie pleure ses morts du Haut-Karabakh

L'Arménie pleure ses morts du Haut-Karabakh
Tous droits réservés Кадр из видео AFP
Tous droits réservés Кадр из видео AFP
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Arménie, trois jours de deuil en mémoire des victimes du récent conflit dans le Haut-Karabakh. Une guerre et surtout un cessez-le-feu qui laissent un goût amer chez de nombreux Arméniens.

PUBLICITÉ

De nombreux Arméniens ont défilé ce vendredi soir, une bougie à la main, dans les rues de la capitale Erevan pour rendre hommage aux victimes du récent conflit dans le Haut-Karabakh.

Ils se sont rendus en procession vers un mémorial où les victimes sont enterrées.

Cela marque le début de trois jours de deuil national.

Les affrontements avec le voisin azerbaïdjanais ont fait plus de 5000 victimes, y compris des civils.

Et surtout, cette guerre laisse un goût amer côté arménien, avec un accord de cessez-le-feu jugé humiliant par de nombreux habitants.

« Je suis venue ici à cette procession afin d'honorer la mémoire de nos frères qui sont morts», explique Kristine, une participante à la procession. Elle ajoute que cette cérémonie est aussi l'occasion d'exprimer « un sentiment d'injustice après ce qui s'est passé ».

L'accord a été conclu sous l'égide de la Russie, au terme d'un mois et demi de conflit.

Le texte consacre la victoire de l'Azerbaïdjan, qui contrôle désormais plusieurs pans du territoire du Haut-Karabakh, une enclave peuplée d'Arméniens.

La signature de cet accord par le premier ministre arménien a été perçue comme une trahison par une partie de la population d'Arménie, qui réclame la démission du chef du gouvernement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Arménie et l'Azerbaïdjan promettent de normaliser leurs relations, une avancée majeure ?

Manifestation de soutien aux Arméniens du Haut-Karabakh à Bruxelles

Plus de 100 000 personnes ont quitté le Haut-Karabakh, soit la quasi-totalité de la population