DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Cadeau de Noël doux-amer pour la Finlande, l'UNESCO reconnaît sa culture du sauna

La grande majorité des Finlandais vont au sauna au moins une fois par semaine, quels que soient leur âge, leur genre et leur milieu social.
La grande majorité des Finlandais vont au sauna au moins une fois par semaine, quels que soient leur âge, leur genre et leur milieu social.   -   Tous droits réservés  Credit: Ari Johansson/Pispala Sauna Association
Taille du texte Aa Aa

La Finlande doit avoir l'impression d'avoir été gâtée par le père Noël : le pays a reçue une très bonne nouvelle la semaine dernière lorsque l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture) a officiellement reconnu l'importance de la culture du sauna, ces bains de vapeur sèche.

Ce fut pourtant un moment aigre-doux pour le pays nordique — la majorité de ses saunas publics sont en effet actuellement fermés en raison de l'épidémie de Covid-19.

Néanmoins, ceux qui ont fait campagne pour cette reconnaissance sont ravis que les saunas soient la première tradition finlandaise à être ajoutée à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

"Le monde est rempli d'actualités difficiles en ce moment, alors cette belle nouvelle était exactement ce dont nous avions besoin", a déclaré Leena Marsio, conseillère principale à l'Agence finlandaise du patrimoine. "Cela donne à notre culture une reconnaissance et une visibilité".

"Chaque sauna a sa propre personnalité"

Les amateurs de sauna finlandais ont commencé à travailler pour obtenir la reconnaissance de l'UNESCO il y a quatre ans.

"Tout ce projet a vraiment été mené par la communauté", a expliqué Mme Marsio. "C'est l'idée principale : faire en sorte que les gens s'engagent !"

Parmi les nombreuses organisations impliquées, on trouve l'association qui gère le plus ancien sauna public de Finlande, Rajaportti, dans la ville de Tampere, à l'ouest du pays. Depuis le début des années 1900, les habitants et les voyageurs viennent ici pour se purifier le corps et l'esprit.

Ari Johansson/Pispala Sauna Association
Le plus ancien sauna finlandais encore en activité, le Rajaportti à Tampere, est géré par une association de passionnés.Ari Johansson/Pispala Sauna Association

"En Finlande, on apprend que chaque sauna a sa propre personnalité", explique Claudia Rehwagen, 39 ans, qui se rend habituellement à Rajaportti plusieurs fois par semaine. "Rajaportti est comme une vieille dame amicale. Elle peut être dure, mais elle n'est jamais de mauvaise humeur".

La cour intérieure, entourée de vieux bâtiments penchés, bourdonne généralement de conversations entre des corps fumants ne portant rien d'autre qu'une serviette et des gouttes de sueur.

Cet après-midi, cependant, la cour est grise et vide. Lorsqu'il s'agit du Covid-19, le vieux dicton finlandais selon lequel presque toutes les maladies peuvent être soignées par "le sauna, l'alcool ou le bitume" ne semble pas valoir la peine. En raison de la pandémie, les saunas publics en Finlande sont, depuis début décembre, fermés ou fonctionnent sous de sévères restrictions.

Pour cette raison, les nombreux bénévoles qui ont travaillé dur pour que leur culture bien-aimée soit incluse par l'UNESCO, n'ont pas pu se réunir autour de quelques pierres brûlantes pour célébrer leur succès dans les vapeurs d'un sauna.

"C'était vraiment agaçant que cette nouvelle arrive à un moment où les saunas publics étaient fermés", a expliqué Mme Rehwagen, qui est également membre du comité exécutif de Rajaportti.

Un patrimoine typiquement finlandais

Lorsque Claudia Rehwagen est arrivée en Finlande pour la première fois dans le cadre d'un échange universitaire il y a 17 ans, le concept du sauna lui était déjà familier depuis son enfance en Allemagne de l'Est. La culture autour du sauna est cependant différente en Finlande, a-t-elle expliqué.

"En Allemagne, nous n'étions pas autorisés à jeter de l'eau sur les pierres nous-mêmes. En Finlande, le sauna est pour tout le monde, et c'est un événement détendu. Il s'agit d'écouter son propre corps et de faire ce qui nous fait du bien ce jour-là", dit-elle. "Les saunas finlandais ont moins de règles".

Ari Johansson/Pispala Sauna Association
Les pauses, où vous sortez pour prendre un verre et discuter ou vous baigner dans le lac, sont une partie importante de la séance de sauna.Ari Johansson/Pispala Sauna Association

"Je pense que c'était une bonne décision d'inscrire la culture des saunas finlandais sur la liste de l'UNESCO. Il existe des cultures de sauna très vivantes dans de nombreuses autres parties du monde, par exemple en Russie et en Turquie, mais je pense que la particularité de la Finlande est que le sauna est en effet pour tout le monde", affirme Mme Rehwagen.

Ses observations sont étayées par le matériel recueilli dans le cadre de l'Inventaire National Finlandais du Patrimoine Vivant. Il y est dit qu'"en moyenne, les Finlandais prennent leur premier bain dans un sauna avant l'âge de six mois" et qu'"ils continueront à s'y baigner environ une fois tous les dix jours tout au long de leur vie".

"Il n'y a pas de limite d'âge, de sexe ou de milieu. C'est quelque chose que nous avons tous en commun, c'est une activité sociale pour tout le monde", ajoute Mme Rehwagen.

Les Finlandais pourraient tous prendre un bain de vapeur en même temps

Le fait que les saunas soient utilisés par tout le monde en Finlande est l'une des principales raisons pour lesquelles le pays, en 2018, cinq ans après avoir ratifié la Convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, a décidé de promouvoir le sauna comme première entrée sur la liste.

"La culture du sauna fait partie de la vie quotidienne des Finlandais et de nos célébrations", a déclaré Leena Marsio. "Dans le sauna, nous nous détendons, nous profitons de la vie et nous nous socialisons".

Avec environ 3,2 millions de saunas dans un pays de 5,5 millions d'habitants, tous les Finlandais pourraient techniquement prendre un bain de vapeur en même temps.

La plupart des Finlandais ont accès à un sauna chez eux ou à un sauna partagé dans le bâtiment. En outre, il existe 511 900 gîtes répartis dans le paysage finlandais, et la fréquentation du sauna est un élément essentiel de la vie de ces gîtes.

Les célébrations de fêtes importantes, comme le réveillon de Noël ou la Saint-Jean, impliquent une visite au sauna pour la quasi-totalité des familles finlandaises.

La température dans un sauna finlandais est généralement comprise entre 70 et 105 °C, et les gens bavardent ou apprécient le silence, versent de l'eau sur les pierres chaudes sur le poêle et évacuent le stress et les tensions en se fouettant eux-mêmes, ou les uns les autres, avec un fouet fait de branches de bouleau.

Si le sauna se trouve à proximité de l'un des 188 000 lacs de Finlande, ils peuvent aussi faire un plongeon dans l'eau ou un trou dans la glace, puis retourner rapidement, la circulation sanguine activée, dans le sauna.

Lorsque Mme Marsio s'est assise samedi dernier pour profiter du "löyly" (mot finlandais désignant la vapeur chaude mais douce du sauna), l'expérience a été un peu différente de tous les samedis précédents : "Je me suis assise dans mon propre sauna et une pensée m'a frappée : c'est notre patrimoine culturel ! Et de nombreux Finlandais ont probablement eu la même pensée, assis dans leur propre sauna", poursuit-elle.

Ari Johansson/Pispala Sauna Association
"Si l'alcool, le bitume ou le sauna ne peuvent pas vous aider, alors votre maladie est fatale", affirme un vieux dicton finlandais.Ari Johansson/Pispala Sauna Association

Quelle différence la reconnaissance de l'UNESCO fera-t-elle ?

Parmi les autres coutumes qui ont été ajoutées à la liste avec le sauna finlandais cette année, citons les courses de chameaux des Émirats arabes unis et d'Oman, le tai-chi-chuan de Chine et une compétition de fauche d'herbe de Bosnie-Herzégovine.

Bien que ces pratiques culturelles ne soient pas menacées d'extinction, des actions sont nécessaires pour les sauvegarder, affirme Mme Marsio.

Tous les six ans, la Finlande présentera à l'UNESCO un rapport sur les mesures prises pour sauvegarder la culture nationale du sauna.

Entre autres mesures, le gouvernement finlandais finance des recherches sur les effets des saunas sur la santé et l'environnement.

On estime que le sauna a de nombreux effets bénéfiques sur la santé, notamment la réduction du risque d'hypertension et de maladies cardiovasculaires.

Mais les nombreux poêles à bois des saunas finlandais émettent de la suie dans l'atmosphère. La combustion du bois — notamment pour le chauffage des maisons et des saunas — est la cause de plus de la moitié des émissions finlandaises de particules de noir de carbone qui nuisent à l'environnement ainsi qu'à la santé publique, selon les autorités sanitaires finlandaises.

"Nous devrons examiner comment nous pouvons poursuivre cette pratique de manière durable", précise Mme Marsio.

Les plus anciens saunas de Finlande bénéficieront d'une protection spéciale

Le gouvernement finlandais s'est également engagé à prendre des initiatives pour s'assurer que de nombreux saunas publics du pays, dont le nombre dépasse la centaine, seront toujours accessibles à l'avenir.

Trois saunas publics seront protégés par une législation spéciale. Il s'agit des saunas Kotiharju et Arla dans la capitale Helsinki et du sauna Rajaportti à Tampere.

"De cette façon, nous nous assurerons que ces saunas seront toujours là dans 50, 100, voire 200 ans", souligne Mme Marsio, ajoutant que les Finlandais en général, et les nombreuses associations de saunas du pays en particulier, jouent le plus important rôle dans la sauvegarde de ce patrimoine culturel.

Avec une réouverture prévue le 10 janvier, le plus ancien et traditionnel bain de vapeur, celui de la veille de Noël, sera annulé. "Lorsque nous ne pouvons laisser entrer que 10 personnes à la fois, je crains que la file d'attente ne soit pas propice à l'esprit de Noël", a estimé Ari Johansson, président de l'association des saunas de Rajaportti.

Mme Marsio, de l'Agence finlandaise du patrimoine, est certaine que "lorsque nous reviendrons à une situation plus normale, beaucoup de gens apprécieront encore plus les saunas publics".

"Les gens saisissent le sens de quelque chose lorsqu'ils en manquent", conclut-elle.

Sources additionnelles • Traduction et adaptation : Thomas Seymat