PUBLICITÉ

La Finlande maintient la fermeture de sa frontière avec la Russie jusqu'à nouvel ordre

Poste frontière entre la Finlande et la Russie
Poste frontière entre la Finlande et la Russie Tous droits réservés Heikki Saukkomaa/Lehtikuva
Tous droits réservés Heikki Saukkomaa/Lehtikuva
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Helsinki accuse Moscou d'orienter délibérément les migrants vers la zone frontalière entre la Russie et la Finlande.

PUBLICITÉ

La Finlande va prolonger la fermeture de ses points de passage frontaliers avec la Russie au-delà de la date limite actuelle du 14 avril "jusqu'à nouvel ordre" en raison d'un risque élevé de migration organisée orchestrée par Moscou, a déclaré le gouvernement finlandais jeudi.

Le ministère finlandais de l'Intérieur a déclaré dans un communiqué que la sécurité nationale et l'ordre public du pays nordique seraient sérieusement menacés si les centaines de ressortissants de pays tiers estimés continuaient à tenter d'entrer sans les documents nécessaires.

"D'après les informations fournies par les autorités publiques, le risque que la migration instrumentalisée (par la Russie) reprenne et s'étende comme on l'a vu précédemment reste probable", a déclaré le ministère.

La Finlande a fermé la frontière terrestre de 1 340 kilomètres à la fin de l'année dernière après que plus de 1 300 migrants sans papiers ni visas - un nombre inhabituellement élevé - sont entrés dans le pays au cours des trois mois écoulés depuis septembre, peu de temps après que la Finlande a rejoint l'alliance de l'OTAN.

La plupart des migrants sont originaires du Moyen-Orient et d'Afrique, notamment d'Afghanistan, d'Égypte, d'Irak, de Somalie, de Syrie et du Yémen. La grande majorité d'entre eux ont demandé l'asile en Finlande, État membre de l'Union européenne qui compte 5,6 millions d'habitants.

Les gardes-frontières finlandais ont précédemment déclaré que de nombreux migrants détenaient des visas valides pour travailler ou étudier - ou avaient un permis de séjour - en Russie, qui est considérée comme un pays sûr.

Accusant la Russie d'orienter délibérément les migrants vers la zone frontalière entre la Russie et la Finlande, normalement très surveillée et qui sert également de frontière extérieure à l'UE dans le nord, le cabinet du Premier ministre Petteri Orpo a prolongé à plusieurs reprises la fermeture des points de contrôle.

Le Kremlin a démenti les affirmations d'Helsinki et a accusé le gouvernement finlandais de ne pas vouloir dialoguer sur la question de la frontière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les pays baltes inquiets après l'annonce de la Russie de "réviser" ses frontières

L'ancien Premier ministre conservateur Alexander Stubb remporte la présidentielle en Finlande

Présidentielle finlandaise : Alexander Stubb et Pekka Haavisto au coude à coude