EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La coopération militaire russo-turque va continuer malgré les sanctions américaines

La coopération militaire russo-turque va continuer malgré les sanctions américaines
Tous droits réservés Ibrahim Laleli/AP
Tous droits réservés Ibrahim Laleli/AP
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie et la Turquie vont poursuivre leur coopération militaire, malgré les sanctions américaines visant Ankara, un pays membre de l'Otan qui a acquis un système de défense antiaérienne russe, a affirmé mardi le chef de la diplomatie russe.

PUBLICITÉ

La Russie et la Turquie vont poursuivre leur coopération militaire, malgré les sanctions américaines visant Ankara, un pays membre de l'Otan qui a acquis un système de défense antiaérienne russe, a affirmé mardi le chef de la diplomatie russe.

L'acquisition en 2017 du système S-400 par la Turquie, dans un contexte de rapprochement entre Ankara et Moscou, a provoqué des frictions avec plusieurs Etats occidentaux. Les sanctions américaines n'ont été décidées que mi-décembre.

"Nous avons confirmé avec la Turquie notre objectif mutuel de développer notre coopération technique militaire", a dit Sergueï Lavrov, recevant son homologue turc Mevlut Cavusoglu à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie.

Nous ne renonçons pas à nos actions à cause de sanctions
Mevlut Cavusoglu
ministre turc des Affaires étrangères

Le responsable russe a souligné que le président Vladimir Poutine appréciait la détermination de la Turquie à "poursuivre la coopération dans ce domaine, malgré la pression illégitime de Washington".

Les Etats-Unis ont annoncé mi-décembre des sanctions contre la Turquie, interdisant désormais l'attribution de tout nouveau permis d'exportation d'armes à l'agence gouvernementale turque chargée des achats d'armements et l'entrée sur le territoire américain à des dirigeants de cette entité.

Le président Recep Tayyip Erdogan y a vu une attaque contre la "souveraineté" de la Turquie.

"Nous ne renonçons pas à nos actions à cause de sanctions. Notre accord sur la livraison des S-400 est intervenu avant cette décision" de sanctionner la Turquie, a relevé M. Cavusoglu.

"Quel que soit le sujet, y compris le S-400, nous préférons régler les problèmes par le dialogue. Les Etats-Unis ont dit après les sanctions qu'ils étaient pour un dialogue", a-t-il ajouté, selon une traduction en russe de ses propos.

La Russie et la Turquie, bien que rivales sur de nombreux dossiers -Syrie, Libye, Caucase-, se targuent d'entretenir des relations constructives, notamment du fait des bons rapports entre MM. Poutine et Erdogan.

Le rapprochement russo-turc ces dernières années est vu d'un mauvais oeil en Occident, qui voit un membre de l'Otan s'armer auprès d'un rival géopolitique de premier plan.

M. Lavrov a insisté sur le fait que les "sanctions occidentales" n'influaient pas sur la relations entre deux pays "guidés par leurs intérêts nationaux".

La Turquie a fait savoir qu'elle allait utiliser le système S-400 sans l'intégrer au réseau de contrôle et de commandement de l'Otan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un avion de ligne russe s'écrase à vide près de Moscou, tuant les 3 membres de l'équipage

La Russie émet un mandat d'arrêt contre Ioulia Navalnaïa, la veuve d’Alexeï Navalny

No comment : le Premier ministre indien Narendra Modi en visite à Moscou